1 min de lecture International

Nouveau plongeon des places financières européennes

Plombée par la dégringolade des valeurs bancaires, ainsi que par des rumeurs de dégradation de la note de la France (actuellement notée "AAA") démenties par le gouvernement, la Bourse de Paris a lourdement chuté mercredi (-5,45%). Le CAC 40, qui avait pourtant ouvert dans le vert, a commencé à dévisser à partir de 15h, pour finalement abandonner 173,20 points à 3.002,99 points (du jamais vu depuis décembre 2008). La Bourse de Milan a abandonné 6,65%, accusant la plus forte baisse des principales bourses européennes. Parmi les autres places européennes, Londres a abandonné 3,05%, Francfort 5,13%. La Bourse de New York a chuté pour la troisième fois en cinq séances, effaçant d'un trait son rebond de la veille, emportée par la chute du secteur bancaire et les craintes sur l'économie: le Dow Jones a perdu 4,68% et le Nasdaq 4,12%.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Cliquez sur l'image pour les résultats du jour :
Chute des bourses mercredi
Séance folle

Après avoir ouvert dans le vert et connu un début de séance calme dans la matinée, le CAC 40 a commencé à dévisser peu avant 15h et n'a cessé de creuser ses pertes jusqu'à la clôture. L'indice a finalement terminé en abandonnant 173,20 points à 3.002,99 points dans un volume d'échanges très étoffé de 7,703 milliards d'euros, témoignant de la nervosité des investisseurs.
  
"C'était une séance folle. Le secteur bancaire n'avait pas été attaqué aussi violemment depuis 2008", souligne Renaud Murail, gérant d'actions chez Barclays Bourse. "On est dans une atmosphère de panique, le marché joue à se faire peur. Il y a eu une attaque en règle, une spéculation à la baisse, mais surtout une phobie générale", poursuit le gérant.
  
Le secteur bancaire a particulièrement été attaqué (voir infographie ci-dessous), Société Générale perdant jusqu'à 21% en séance. A la clôture, le constat était dramatique pour le secteur financier : Société générale a chuté de 14,74% à 22,18 euros, Crédit Agricole de 11,81% à 6,07 euros et Axa de 10,64% à 10,04 euros.
  
Ces valeurs souffraient du fait que la Grèce pourrait étendre son programme d'échanges d'obligations afin d'y inclure des titres à plus longue échéance, ce qui pénaliserait en premier lieu ses créanciers privés.

Bourses : les banques dans la tourmente  
Rumeur d'une éventuelle dégradation de la note française

"Les rumeurs les plus folles ont aussi couru, certains parlent même d'une éventuelle dégradation de la note française par une agence de notation", a indiqué un analyste parisien sous couvert d'anonymat, tout en reconnaissant "naviguer dans la plus grande obscurité". Les nombreux démentis sur cette dégradation n'ont pas réussi à apaiser l'incendie.
  
L'agence franco-américaine Fitch, visée par les rumeurs, a rapidement réagi, confirmant que la note actuelle de la France était encore à AAA et sa perspective stable. Le ministre des Finances, François Baroin, a également démenti "formellement" ces bruits, selon l'entourage du ministre.
  
"Il est clair que des investisseurs jouent la carte de la peur car cette dégradation de la France est largement infondée, à mes yeux. Les trois grandes agences de notation (Fitch, Moody's, Standard and Poor's) ont très récemment renouvelé leur confiance dans la note française", a souligné un analyste.
  
Crise financière


Lire la suite
International Union européenne Crise économique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7709459314
Nouveau plongeon des places financières européennes
Nouveau plongeon des places financières européennes
Plombée par la dégringolade des valeurs bancaires, ainsi que par des rumeurs de dégradation de la note de la France (actuellement notée "AAA") démenties par le gouvernement, la Bourse de Paris a lourdement chuté mercredi (-5,45%). Le CAC 40, qui avait pourtant ouvert dans le vert, a commencé à dévisser à partir de 15h, pour finalement abandonner 173,20 points à 3.002,99 points (du jamais vu depuis décembre 2008). La Bourse de Milan a abandonné 6,65%, accusant la plus forte baisse des principales bourses européennes. Parmi les autres places européennes, Londres a abandonné 3,05%, Francfort 5,13%. La Bourse de New York a chuté pour la troisième fois en cinq séances, effaçant d'un trait son rebond de la veille, emportée par la chute du secteur bancaire et les craintes sur l'économie: le Dow Jones a perdu 4,68% et le Nasdaq 4,12%.
https://www.rtl.fr/actu/conso/nouveau-plongeon-des-places-financieres-europeennes-bourses-7709459314
2011-08-11 06:00:00