7 min de lecture Maison jardin cuisine détente

Noël 2017 : comment un designer nantais vient en aide aux sans-abris

Au programme, la belle histoire d'un Nantais qui veut venir en aide aux SDF et une recette avec des restes pour se détoxifier le corps après le repas de Noël.

Maison Jardin Cuisine Brocante Maison Jardin Cuisine Brocante Laetitia Nallet & Sébastien Demorand & Églantine Éméyé & Thierry Denis
>
Maison Jardin Cuisine Brocante du 25 décembre 2017 Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : Laetitia Nallet,Sébastien Demorand,Églantine Éméyé,Thierry Denis | Durée : | Date : La page de l'émission
245-NALLET
Laetitia Nallet avec Sébastien Demorand et Églantine Éméyé

Une belle histoire en ce 25 décembre. Beaucoup ont la chance d’être réunis en famille, au coin du feu ou au chaud dans leurs appartements et ce n’est pas le cas de tout le monde puisqu’il y a 143.000 sans-abris en France. On les voit, ça nous fait de la peine, mais on ne sait pas vraiment comment les aider.

Un designer, Frédéric Tabary, a peut-être trouvé la solution : des hébergements d’urgence dans des camions frigorifiques. Ces camions sont équipés de caisse frigorifique, comme un gros frigo posé sur une remorque. Tous les 12 ans, la norme change et l’on doit se débarrasser de ces camions, pour en changer. 

Ces camions partent en Afrique, remplis d’ordinateurs, de téléphones, de choses qui seront revendues sur place. La caisse frigorifique sera abandonnée dans une décharge venant donc polluer ce coin de la planète. Fréderic Tabary et son association Tabary Le Lay Home 311 a donc eu l‘idée de racheter ces camions qui sont increvables et super bien isolés, pour en faire des hébergements d’urgence.

À lire aussi
Maison Jardin Cuisine Brocante bricolage
Maison Jardin Cuisine Brocante du 18 février 2018

Depuis cinq jours, dans un entrepôt à coté de Nantes, il transforme ces camions/frigos en logements : découpe de la carcasse pour insérer porte et fenêtres, installation de sanitaire et douche, ainsi qu’une douzaine de lit superposés avec des tiroirs pour ranger les sacs à dos. Il y aura aussi des niches en acier accolées au camion, et par une trappe, la personne dans son lit pourra voir son chien et le caresser. Il est entouré de bénévoles, si vous êtes dans la région, n’hésitez pas. Vous pouvez aller donner un coup de main. Le but sera ensuite de rapidement créer des emplois réservés en priorité aux SDF.

L'intérieur d'un camion frigorifique transformé en habitation.
L'intérieur d'un camion frigorifique transformé en habitation. Crédit : Villaenurgence.org

C'est un projet qui est en train de se concrétiser. Il faut que les villes se mobilisent pour trouver des endroits pour poser ces camions/habitations d’urgence, il faut aussi que de grands patrons d’entreprise aident à financer le projet. Certains commencent. Il faut compter 20.000€ par camion.

Un camion frigorifique transformé en habitation pour sans-abris.
Un camion frigorifique transformé en habitation pour sans-abris. Crédit : villlaenurgence.org

C’est la possibilité de reloger plusieurs milliers de personnes en quelques semaines. Il suffit que tout le monde s’y mette. Si vous connaissez le maire de votre commune, un grand patron ou si vous voulez participer, le site est accessible via ce lien ou la page Facebook.

Vous pouvez aussi contacter Frédéric Tabary au 06 45 60 50 23 ou sur son mail : frederic.tabary@unevillaenurgence.org

Brocante : une table de fête dans les règles de l'art

Vous n’allez quand même pas mettre une jolie table pour recevoir vos parents, et rater votre mise en scène. Nous avons déjà vu entre autre la position des verres mais je n’en n'ai pas fini avec les couverts. Il faut en placer quelques uns entre l’assiette et les verres. Dans l’ordre à partir de l’assiette : le couteau à fromage (attention, le manche doit être positionné à droite), puis une fourchette à fruits. Attention ce n’est pas fini, il faut encore placer une cuillère à entremets. Et là, le manche se met à droite. Mais pour être chic, on ne les dispose pas à table avant l’arrivée du fromage et du dessert.

Nous n’avons pas parlé des porte-couteaux. Leur fonction est de supporter la lame de votre couteau sale afin d’éviter de salir la nappe. Donc on ne pose jamais son couteau dessus en début de repas, ou en mettant la table, tant qu’il n’a pas été utilisé, le couteau reste au niveau des autres couverts. Sauf qu’en principe, quand on est vraiment très chic la nappe n’est pas censée être réutilisée après un dîner élégant. Elle doit partir direct au lavage. Bref, vous l’avez compris, les portes-couteaux n’ont pas droit de séjour sur les tables les plus élégantes.

Quant à l'utilisation des couteaux : les légumes, pâtes, œufs et salade ne se coupent pas avec le couteau, jamais. On les coupe avec le tranchant de la fourchette ! Avec un bout de pain si besoin. Le couteau est souvent considéré comme agressif, instrument de violence et donc ne doit servir qu’à découper la viande. 

Quelques précisions pour terminer : traditionnellement, le sel et le poivre se prennent avec une petite cuillère spéciale, disposée dans la salière ou la poivrière de votre argenterie. N’oubliez pas de laisser décanter le vin qui a reposé longtemps en cave, dans l’une de ces magnifiques carafes à décanter que vous avez chinée cette année. Quant au Champagne, souvenez-vous mesdames que selon Madame de Pompadour, il était le seul vin qu’une femme pût boire sans s’enlaidir. Bonnes fêtes à tous !

Cuisine : des restes pour une détox

Comme tout le monde ou presque, vous avez légèrement fait bombance hier soir. Et comme tout le monde ou presque, vous réclamez à présent, à cor et à cri, de la légèreté pour apaiser votre panse.

On le sait tous, c’est même un rituel, avant les fêtes on se dit toujours : cette année, j’arrête de faire n’importe quoi, on va être raisonnable, on ne va pas enchaîner huîtres, saumon, foie gras, chapon, vacherin, bûche et tutti quanti, et chaque année c’est la même chose, la pression des copains ou de la famille est telle qu’on cède, qu’on craque et qu’à l’arrivée, on abuse... Alors oui, on a besoin de faire dans le léger. Au programme donc de ce lundi 25 décembre : Dé-tox !

L'idée, c'est un bouillon de légumes. Alors, on ne va pas forcément bosser, aujourd’hui, mais recycler intelligemment les restes : soit les restes d’hier soir, soit de ce midi. Partons du principe qu’il y a de fortes chances, hier comme aujourd’hui, qu’une belle volaille ait été ou soit au menu. Et une volaille, une fois qu’on l’a bien boulottée, qu’est-ce qui lui reste ? Une carcasse ! Une carcasse avec un peu de viande encore accrochée ici ou là, le long des blancs par exemple : hors de question de jeter, de gâcher ! 

Donc bouillon clair de volaille : vous allez plonger votre carcasse dans un grand faitout, vous allez recouvrir d’eau, puis saler et poivrer comme il faut. Il vous reste forcément dans le frigo, une carotte, un vert de poireau, un oignon, un navet... Vous les rajoutez dans la gamelle, ça peut pas faire de mal. Si vous en avez, mettez aussi un gros pouce de gingembre taillé en lamelles épaisses, ça va littéralement vous alléger le bouillon et le rendre plus mordant. 

Ensuite vous laissez ça cuire gentiment à petite ébullition, pendant deux petites heures, histoire de concentrer les parfums. Ensuite, vous le filtrez et vous le tenez au chaud, votre bouillon. Ça, vous pouvez évidemment le boire comme ça, mais je vous propose d’y ajouter quelques gouttes de sauce de soja, une autre lamelle de gingembre frais, et de préparer quelques légumes très finement tranchés ou taillés en sifflets, en lamelles : une julienne de carottes par exemple, avec de très fins tronçons de poireaux, un millimètre pas plus. Vous les mettez dans le fond de vos assiettes creuses, le bouillon bouillant par-dessus. Imaginez quelques herbes fraîches encore, cerfeuil, ou coriandre, ou ciboulette : ça, je vous le dis, je le sais, ça se boit par litres et après, en effet, vous avez mérité un dodo apaisé… Car n’oubliez pas : vous allez avoir besoin de forces pour attaquer le repas du 31 !

Jardin : une orange pour Noël

Jadis, on donnait aux enfants une orange comme cadeau de Noël. Tout commence il y a 2.200 ans en Chine, au Sud-Est de l’Himalaya, où on cultive déjà dans les jardins les ancêtres de nos oranges douces. Que les enfants adorent. Au XVIe siècle, les Portugais les découvrent et importent les premiers plants en Europe. Coup de chance, l’oranger se cultive facilement au Portugal puis en Espagne. 

En France, le climat s’y prête mal, sauf dans le sud de la vallée du Rhône. Les orangers sont donc des arbres de luxe, cultivés en bac par les jardiniers des châteaux. Ils les rentraient en hiver dans des bâtiments, lumineux et hors gel, les "orangeries". Les marchands importaient des fruits d’Espagne et du midi mais pour les vendre à prix d’or, et seulement dans les grandes villes. Donc, à la campagne, les paysans n’en mangent pas. Et pour cause, ils n’en ont jamais vu. 

L'histoire de l’orange sous le sapin devient réalité dans le dernier quart du XIXe siècle. Déjà parce que l’Église propose alors que Noël, qui célèbre une naissance, soit le jour de tous les enfants. C’est donc bien de leur donner un cadeau. Quant aux oranges, ce sont les colporteurs espagnols qui vont les faire découvrir à la même époque dans les campagnes les plus isolées. De tout temps, ces marchands ambulants sont allés de ferme en ferme pour y vendre un peu de mercerie, des allumettes de contrebande, des petits livres, des images d’Épinal ou les grimoires du Grand et du Petit Albert. Ces colporteurs étaient souvent Espagnols. Et en Espagne, à la fin du XIXe siècle, les oranges, on en produit déjà beaucoup ! Ils en ont donc vendu aux paysans français et à tous les provinciaux. Une idée de génie. Une orange, c’est cher mais tellement plus beau qu’une pomme en hiver. Les  pauvres pouvaient offrir, au moins une fois par an, à Noël, un fruit de roi à leurs enfants. Bien sûr, après, les commerçants ont pris le relais.

Cette tradition de l’orange pour Noël a duré jusqu’au lendemain de la guerre de 14. Après, dans les années cinquante, tout a changé. L’orange est devenue une production de masse. 800 milliards d'oranges sont produites chaque année, soit 100 fois plus qu’il y a d’êtres humains sur terre. Et pourtant, aujourd’hui, il y a  des enfants qui n’ont même pas une orange pour Noël...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maison jardin cuisine détente Jardin Maison
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791546247
Noël 2017 : comment un designer nantais vient en aide aux sans-abris
Noël 2017 : comment un designer nantais vient en aide aux sans-abris
Au programme, la belle histoire d'un Nantais qui veut venir en aide aux SDF et une recette avec des restes pour se détoxifier le corps après le repas de Noël.
https://www.rtl.fr/actu/conso/noel-2017-comment-un-designer-nantais-vient-en-aide-aux-sans-abris-7791546247
2017-12-25 10:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Jkn-CIDtEQjt6SMF2eaEfA/330v220-2/online/image/2017/1222/7791546835_un-nantais-transforme-les-camions-frigorifiques-obsoletes-en-abri-pour-sdf.jpg