2 min de lecture 35 heures

Les salariés de Smart votent le retour aux 39 heures, un pied de nez aux syndicats ?

REPLAY - La majorité des salariés de Smart France ont voté pour un retour aux 39 heures contre l'avis des syndicats

RTL Soir On Refait le monde - Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
ON REFAIT LE MONDE du 11/09/2015 Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette Journaliste RTL

On refait le monde avec :

- Hélène Pilichowski, journaliste
- Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro
- Joseph Macé-Scaron, directeur de la rédaction de Marianne

Les quelque 800 salariés du constructeur automobile Smart France à Hambach, en Moselle, ont choisi à 56% ce vendredi 11 septembre de revenir aux 39 heures de travail hebdomadaires en échange d'un maintien de l'emploi jusqu'en 2020. Cela préfigure-t-il ce qui pourrait se passer au coup par coup dans les entreprises françaises ?

Hélène Pilichowski souligne que malgré le côté chantage, travailler plus pour ne pas perdre son emploi, cette façon de "squizzer" les syndicats ne lui déplait pas. Mais surtout, cette annonce "tombe à pic pour Manuel Valls et le gouvernement actuel qui essaye d'assouplir et de s'attaquer au Code du travail."

Probablement un mauvais coup pour le dialogue social stricto sensu dans l'entreprise

Hélène Pilichowski
Partager la citation
À lire aussi
Une salariée devant son ordinateur (illustration). temps de travail
Travail : 60% des salariés favorables à la semaine de quatre jours

Bernard Poirette précise, que si ce retour aux 39 heures est voté, les salariés seront payés 37 heures par semaine, avant de repasser aux 35 heures en 2020. Rien d'étonnant à ça réplique Joseph Macé-Scaron. Tant que la loi n'est pas modifiée, on ne peut rien faire, à part l'écorner pour une durée déterminée. Il ajoute par ailleurs que les syndicats ont leur mot à dire pour la décision soit entérinée.

Il relève par ailleurs la symbolique d'une telle décision : sous Nicolas Sarkozy, les heures supplémentaires étaient défiscalisés, alors que sous la gauche les salariés vont être payés 37 heures pour travailler 39 heures. Un élément qui va poser des questions politiques à gauche mais aussi à droite, qui est gênée par cette situation. Si 39 heures hebdomadaires ne sont payés que 35 ou 37 heures, comment justifier la fin des 35 heures ?

Les syndicats sont complétements déconnectés des réalités économiques

Yvan Rioufol
Partager la citation

Yvan Rioufol se réjouit quant à lui "que les syndicats soient pris à leur propre piège d'enfermement intellectuel, de dogmatisme qui ne répond plus aux réalités et de voir que le pragmatisme rentre enfin dans l'entreprise en contournant tous ces corps intermédiaires qui étaient des blocages". Il s'agit selon lui d'une très bonne illustration du rapport Combrexelle remis il y a quelques jours au Premier ministre qui, sans remettre en cause les acquis, demandait à les contourner si nécessaire.

"C'est un rêve pour Pierre Gattaz (le patron du Medef NDLR), c'est-à-dire, vous gardez votre emploi mais vous n'avez pas de salaire" souligne ironiquement le directeur de la rédaction de Joseph Macé-Scaron.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
35 heures Syndicats Temps de travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants