2 min de lecture Transports

Les incidents à Air France, manifestation de la "chienlit" en France ?

REPLAY - Nicolas Sarkozy a vu dans les incidents à Air France une manifestation de la "chienlit" et du "délitement de l'Etat".

RTL Soir On Refait le monde - Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
"On refait le monde" du mardi 6 octobre 2015 - l'intégralité Crédit Image : Elodie Grégoire | Durée : | Date :
La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

On refait le monde avec : 
- Hélène Pilichowski, journaliste
- Xavier Couture, producteur
- Roland Cayrol, politologue
- Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro

Décidément les mots du général de Gaulle sont à la mode. Après Nadine Morano et la "race blanche", Nicolas Sarkozy a vu dans les incidents de lundi à Air France une manifestation de la "chienlit" et du "délitement de l'État", une référence à la célèbre phrase attribuée au général de Gaulle lors des manifestations de mai 1968. Manuel Valls a estimé de son côté que c'était un "mot dangereux", y voyant une attaque contre les corps intermédiaires tandis que le président François Hollande a assuré qu'il ne s'en "prendrai(t) jamais aux (corps) intermédiaires, aux corps sociaux."

L'État vrai patron d'Air France

"Je crois que les gens qui n'ont pas l'habitude de citer le général de Gaulle prennent des citations mal-à-propos" s'amuse Roland Cayrol. Il s'étonne par ailleurs que Nicolas Sarkozy, pour la liberté des entreprises, reproche l'État de ne pas avoir mis de l'ordre chez Air France. Il fustige également l'emploi du mot "voyou" par Manuel Valls. "Ce n'est pas comme ça qu'on rétablit un dialogue social" déplore-t-il. Pour Yves Thréard, "les syndicats et les salariés ne demandent qu'une chose, c'est que l'État viennent le plus possible dans le conflit. Avec l'entrée de l'État dans le conflit, vous pouvez être sûrs que la situation va s'embourber, s'arrêter pour mieux pour plus mal sauter."

"Si la crise à Air France a abaissé l'image de la France,le vocabulaire utilisé par nos politiques ne contribuera pas à redresser l'image de la France" regrette Hélène Pilichowski. Elle fustige aussi l'intervention de Nicolas Sarkozy, qui "n'avait rien à dire sur le débat".

À lire aussi
TGV SNCF (illustration) transports
Grève SNCF : les prévisions de trafic pour le 8 décembre

Xavier couture dénonce "le délire de vocabulaire" de la classe politique ces dernières années. Il s'interroge aussi sur le vrai sens du mot chienlit, soit l'incapacité du dialogue social en France. Ce qui existe depuis très longtemps selon lui, "et particulièrement dans les entreprises publiques ou para-publiques, car si l'État ne possède que 17% d'Air France, la vérité, c'est que c'est lui qui décide". Et l'État a laissé la situation s'envenimer. Le producteur rebondit également sur les déclarations du président sur les corps intermédiaires, qui ne représentent pas grand chose selon lui. "Nous avons besoin de syndicats, mais de vrais syndicats".

Le véritable patron d'Air France c'est l'État

Partager la citation
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Air France Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants