2 min de lecture Hôtellerie

Les hôteliers font plier le site Booking.com

REPLAY / ÉDITO - Les hôteliers ont gagné une première bataille contre Booking.com, le leader mondial de réservations d'hôtels en ligne. Le site a accepté de renoncer à ses clauses commerciales jugées abusives.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Les hôteliers font plier le site Booking.com Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

L’industrie du tourisme et de l’hôtellerie vient de livrer à bataille à Booking.com. Un conflit arbitré par l’Autorité de la concurrence.  Derrière ce bras de fer entre les hôteliers et les grandes centrales de réservation internet, c’est toute l’économie hôtelière qui joue son avenir. Un site comme Booking.com, leader mondial de la réservation en ligne de chambres d’hôtel, est en réalité aujourd’hui le véritable patron des 17.000 hôtels indépendants de France et même d’une partie des grandes chaines comme Accor.

Tout simplement parce grâce à la puissance de son système de réservation, à ses liens avec Google il contrôle les 2/3 du marché. Un quasi-monopole qui lui permet d’imposer des clauses qui tiennent en laisse les hôtels : 40 % de leur chiffre d’affaire dépend de cette plateforme qui au passage prélève de 20 à 30 % de commission. Après 2 ans de négociations, l’Autorité de la concurrence a desserré les nœuds coulants qui étranglaient cette industrie. On peut clairement dire que l’hôtellerie française mais aussi européenne, car la décision prise à Paris sera étendue en Europe, est une première bataille gagnée.

De nouvelles clauses

À compter du 1er juillet, les hôteliers pourront proposer des tarifs différents selon les plateformes de réservation. Fini le monopole des prix imposés par Booking.com. En plus de cette liberté tarifaire, les hôteliers reprennent la main sur leurs chambres : ils pourront ainsi accorder plus de lits aux sites de réservation qui prélève les plus faibles commissions. Mieux encore, ils pourront commercialiser eux-mêmes directement leurs chambres, ce qui leur est aujourd’hui interdit. Enfin, ils pourront, aussi curieux que cela puisse paraître, disposer de leur fichier client et même offrir des remises plus importantes aux clients qui réservent par téléphone, mail ou viennent personnellement dans les établissements. 

Des tarifs qui pourraient baisser

L’objectif n°1 de l’Autorité de la concurrence c’est de durcir la compétition entre les grandes agences en lignes. Sur la qualité du service : réservation, annulation, garantie. Sur les prix : la clarification des règles du jeu devrait faire pression à la baisse sur les tarifs via une réduction des commissions des opérateurs et les hôteliers qui vendront en direct devront s’aligner. Tout indique que nos réservations estivales devraient en bénéficier. C’est l’intérêt de Booking.com : toute tentative de tricherie sera sanctionnée d’une amende qui pourrait grimper jusqu’à 5 % de son chiffre d'affaire mondial. 

Le repère du jour

À lire aussi
Google (illustration) commerce
Les infos de 12h30 - Les avis Google nécessiteraient un "droit à l'oubli"

Hausse du moral des ménages, consommation qui frétille, plusieurs indicateurs indiquent qu'un léger vent d'optimisme se lève du côté de l'automobile, de l'alimentation de l'ameublement. Fragiles mais notables 

La note du jour

14/20 à Guard Industrie. Une PME de Montreuil qui fait beaucoup de recherche et a breveté un produit qui protège la pierre contre la pollution et les graffitis. Elle vient de décrocher le contrat de protection des 284 colonnes de la place Saint-Pierre du Vatican. Et comme elle n'est pas sectaire elle fournira aussi le Parti communiste chinois pour la protection de la place Tian An Men à Pékin.

RTL vous recommande
Lire la suite
Hôtellerie Tourisme Hôtel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants