2 min de lecture Économie

Les femmes occupent plus de 35% des conseils d'administration

ÉDITO - 2017 est l’année de l’entrée en vigueur de la loi Copé-Zimmermann, qui oblige les grandes entreprises à compter au moins 40% de femmes dans leur conseil d'administration.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Les femmes occupent plus de 35% des conseils d'administration Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Les entreprises françaises cotées ou de plus de 500 salariés qui sont soumise à cette obligation jouent le jeu. Les deux observatoires qui suivent ce dossier (un public et un privé) sont raccords : les femmes occupent plus de 35% des conseils d'administration des sociétés soumises à la loi. Une progression très significative : elles n'étaient que 8,5% en 2007. Très concrètement, les femmes qui occupent globalement dans notre pays 30% des postes d'encadrement sont représentées à hauteur dans ces instances très longtemps clubs exclusivement masculins et souvent consanguins par l’origine, les diplômes et les parcours professionnels (voir le texte de la loi Copé-Zimmermann).

Cette évolution positive ne se fait pas sans problème. L'entreprise - et plus encore ses cercles de pouvoir - ne sont pas les pays des Bisounours. Les places sont chères, et la gente masculine n'accepte pas toujours facilement d’être supplantée par de nouveaux talents féminins. Pour autant, sous la pression du législateur mais aussi celle des investisseurs et des actionnaires, l'importance des femmes dans les instances dirigeantes fait de moins en moins débat. Pour de justes considérations sociétales mais surtout pour des raisons de pure efficacité économique.

L’Oréal, Total, Publics, Hermès... Des modèles

Toutes les études démontrent que les entreprises qui ont le plus fort taux de femmes cadres et un partage des responsabilités dégagent une plus forte rentabilité financière. En France des groupes comme l'Oréal, Total, Publics, Hermès et bien d'autres en font la démonstration. Des exemples qui font école : il n'est pas innocent que 110 femmes aient été nommées administratrices l'an dernier à Paris. La loi n'explique pas seule qu'elles ont au total monopolisé 60% des nominations dans ces instances en France.

Les barrières ne sont pas entièrement levées. Si la France est le meilleur élève de la féminisation des entreprises en Europe, il faut encore briser un dernier plafond de verre : celui des instances exécutives, là où se prennent les décisions opérationnelles. Si les Françaises peuplent 36% des conseil d'administration (l’équivalent du Parlement), elles n’occupent encore que 12% des postes dans les comités exécutifs ou de direction, l’équivalent du gouvernement. La route leur est ouverte, mais il reste encore pas mal de gendarmes couchés qui ralentissent leur parcours.

Le bloc-notes

À lire aussi
Le patron de PSA Carlos Tavares en février 2018 auto
PSA : Carlos Tavares dénonce certains constructeurs sur leur politique environnementale

La plus grande aciérie d'Europe sera indienne. Le site de Tarente en Italie est convoité par deux sidérurgistes indiens.

La note du jour

03/20 à Facebook qui vient d'être condamnée pour plagiat en Italie. Le géant américain aurait copié l'application de géolocalisation crée par une start-up de Milan

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Égalité hommes-femmes Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants