2 min de lecture Emploi

Les enjeux de la conférence sociale

DÉCRYPTAGE – La 3e conférence sociale réunissant l'exécutif, les syndicats et les patronats débute lundi 7 juillet. L'objectif : s'accorder sur une feuille de route pour les réformes sociales à venir.

Arnaud Montebourg, Manuel Valls, et François Rebsamen, en discussion avec le Medef, en avril 2014.
Arnaud Montebourg, Manuel Valls, et François Rebsamen, en discussion avec le Medef, en avril 2014.
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

C'est un rendez-vous clé pour le dialogue social cher à François Hollande. La troisième conférence sociale se déroule lundi 6 et mardi 7 juillet, sur fond de menace de boycott partiel de la CGT et FO. Voici ce qu'on peut attendre de cette grand-messe.

Le programme des discussions

Concrètement, 300 personnes, syndicalistes et patrons, sont attendues au Palais d'Iéna, à Paris. Les participants seront accueillis à partir de 15h30 lundi. Cette première journée sera surtout marquée par le discours d'ouverture de François Hollande, à 17h30.

Mardi, les négociations débuteront par une série de tables rondes présidées par des ministres à propos de l'emploi et de la croissance. Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem animeront ainsi un atelier sur l'insertion des jeunes, tandis que Marylise Lebranchu évoquera l'action publique.

La conférence sera clôturée par un discours de Manuel Valls.

Renouveler le succès des éditions précédentes ?

À lire aussi
C¸a peut vous arriver - Julien Courbet Julien Courbet
Emploi : un licenciement avec 200 euros d'indemnités

Ce rendez-vous doit permettre de fixer une feuille de route pour les réformes sociales à venir. La première conférence sociale a eu lieu en juillet 2012. La seconde s'est tenue en juin 2013. Ces réunions plutôt consensuelles avaient permis d'accoucher sur des réformes importantes telles que la loi de 2013 sur la sécurisation du marché de l'emploi ou la loi de 2014 sur la formation professionnelle

Reste à savoir si l'édition 2014 sera aussi productive. Certains en doutent. "À quoi ça sert d'enchaîner une demi-douzaine d'accords par an sans s'interroger sur leurs résultats ?", demande Jean-Marie Pernot, chercheur à l'Ires interrogé par l'AFP.

"Il ne se passera rien et ce sera sûrement la dernière sous cette forme", a même estimé Jean-Claude Mailly, le leader de FO. 

Un climat social tendu

La remarque de Jean-Claude Mailly s'inscrit dans un contexte de tensions. Certains syndicats (CGT, FO, CFE-CGC), déjà très remontés par les 40 milliards d'euros d'aides aux entreprises prévues par le pacte de responsabilité, sont agacés par les nouveaux gestes annoncés par Manuel Valls en faveur des employeurs.

Face aux menaces patronales de boycott de la conférence, le Premier ministre a en effet décidé d'un report partiel du futur compte pénibilité et demandé aux partenaires sociaux de discuter d'une simplification du Code du travail. Un casus belli pour la CGT et FO, qui menacent à leur tour de bouder en partie ce rendez-vous.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Medef Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants