3 min de lecture Bons plans

Le low-cost a le vent en poupe

La tendance, déjà présente depuis plusieurs années, s'amplifie avec la crise et touche désormais tous les domaines.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Crise économique oblige, les Français traquent de plus en plus bons plans et petits prix. Longtemps réservé aux grandes surfaces hard discount, le low-cost touche désormais tous les secteurs ou presque. La priorité est aux économies et les industriels l'ont bien compris.

Jusqu’à 50 % des vols court et moyen-courriers en Europe d’ici dix ans

Emmanuel Combe
Partager la citation


Easy jet,  Ryanair, Vueling,... Dans le transport aérien les exemples sont légion. Et leur importance s'accroît d'année en année. "Leurs parts de marché pourraient même atteindre jusqu’à 50 % des vols court et moyen-courriers en Europe d’ici dix ans", estime Emmanuel Combe, vice-Président de l'Autorité de la concurrence, dans Les Echos.
Les compagnies aériennes classiques ont pris la menace au sérieux et se sont donc mis, elles-aussi, au low-cost. C'est ainsi qu'Air France a créé Transavia en 2007.

Le lancement de "Ouigo", le train low cost de la SNCF

À lire aussi
Une plage dans le sud de la Corse (illustration). été
Airbnb, Booking, Lastminute… 7 astuces pour profiter des meilleurs prix

La SNCF vient à son tour de céder à la tendance avec le lancement le 2 avril de Ouigo. Ce nouveau service propose des billets moins chers pour attirer les familles qui ne prenaient, jusqu'ici, pas ou peu le train. Près d'un mois après son lancement, le bilan est bon : plus de 6 millions de connections sur le site Ouigo.com et 300 000 billets ont déjà été vendus. Pourtant, les quatre rames duplex Ouigo ne desservent que deux axes : Marne-la Vallée - Marseille et Marne - La-Vallée- Montpellier.

Les destinations Ouigo
Les destinations Ouigo

Voitures Made In Roumanie



Les constructeurs automobiles ne font pas exception. Le groupe Renault Nissan a lancé des modèles à faibles coûts dès le début des années 2000. De nouveaux modèles comme la Logan, Sandero ou Duster ont ainsi vu le jour.

Sandero.
Sandero. Crédit : Dacia

Fabriqués en Roumanie, ils sont vendus en Europe à bas prix sous la marque Dacia. Pari risqué au départ,  4,5 millions de véhicules de ce type ont été commercialisés dans le monde depuis 2004.

Diminuer les intermédiaires pour baisser les prix


D'autres secteurs jusqu'ici restés hors du low-cost développent aujourd'hui ce marché. Les grandes marques de la distribution comme Carrefour ou Leclerc partent à la contre-attaque des traditionnels Lidl et autres Leader Price. Bas prix tous les jours dans les rayons, premiers prix affichés en tête de gondole, multiplications des promotions... ils se mobilisent comme ils peuvent.
Les banques et assurances, elles, investissent internet. De nouvelles marques sans intermédiaire de vente, comme Direct Assurance, Amaguiz, Eurofil ou IDMacif, le permettent de casser les prix tout en conservant leurs marges.

Plus d’un internaute sur deux achète des voyages en ligne


Véritable lame de fond, le low-cost touche aussi les voyagistes. Les sites permettant les départs au dernier moment se multiplient sur la toile. En un clic, les futurs vacanciers peuvent voir les différentes offres sur Ecotour.com, Lastminute.com ou encore Partirpascher.com. Et  les consommateurs sont sensibles à ces promotions rapides. Selon le 7ème baromètre sur les comportements d’achats des internautes réalisé par Médiamétrie, plus d’un internaute sur deux achète des voyages en ligne.


Le carburant low-cost


Les carburants sont également concernés. Lancées ces dernières années par plusieurs grandes marques, ces stations d'un nouveau genre proposent du carburant nettement moins cher. De même qualité, seuls les additifs font la différence. Un seul objectif : concurrencer les grandes surfaces. En augmentant leurs volumes et leur fréquentation, elles peuvent baisser leurs prix, une bonne nouvelle pour le consommateur.
Le prix le plus bas actuellement est affiché dans une de ces nouvelles stations low-cost : les Total Access. 600 stations service "low cost" devraient ainsi voir le jour sur tout le territoire nationale.

La guerre du forfait moins cher


Côté téléphonie, l'arrivée du quatrième opérateur Free Mobile a permis de voir le prix des forfaits baisser considérablement. Le petit dernier propose notamment un forfait sans engagement à deux euros pour deux heures d'appel. Et le succès est au rendez-vous !  La marque a conquis ainsi plus de 5,2 millions de clients en un an.
Mais les opérateurs historiques n'entendent pas se laisser abattre sans réagir. Pour limiter l'impact, Orange, SFR et Bouygues Télécom ont lancé leur propre marque low-cost  avec Sosh, B&You et Red. Elles comptent chacune un million de clients.

Les smartphones aussi peuvent être low-cost


Cependant, quand il suffisait il y a quelques années de quelques euros pour repartir avec le téléphone de son choix, les prix affichés en magasin explosent. En effet, les opérateurs historiques réduisent les subventions permettant aux clients de changer de portables à moindre coût. 
De quoi faire réagir certains constructeurs, bien décidés à revoir leur offre pour proposer des produits moins chers, et mieux adaptée aux petits budgets.
Il s'est ainsi vendu cette année 259 millions de smartphones low cost. Un chiffre qui devrait tripler et atteindre les 788 millions d'ici cinq ans.
Et l'emballement des réseaux sociaux ce jeudi 9 mai, après de nouvelles rumeurs concernant un IPhone low-cost, illustre bien cet engouement.



>
Le low-cost cartonne...partout Crédit Média : Philippe Roy-Contancin | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bons plans Crise économique Crise économique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants