2 min de lecture Consommation

Le "drive" est à un tournant de son existence

REPLAY - Véritable phénomène, le "drive" a semble-t-il atteint un palier en termes d'ouvertures de points de retrait. En revanche, il tire les ventes vers le haut.

>
Le "drive" est à un tournant de son existence Crédit Image : AFP / Lionel Bonaventure | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date :
Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

En cinq ans, plus de 3.400 mini-entrepôts baptisés "drive" ont poussé dans les zones commerciales afin que les clients des grandes surfaces chargent dans leur voiture leurs achats effectués en ligne. Près d'un foyer sur quatre a fait ses courses par ce biais au moins une fois au cours de l'année passée. Chaque mois, c'est un foyer sur dix qui fait ses courses en drive.

La dernière étude Nielsen, en partenariat avec la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, révèle que ce système est à un tournant de sa courte existence. Au cours des cinq dernières années, les points de retrait ont poussé comme des champignons dans les zones commerciales. On en trouve dans toutes les régions de France.
Mais comparé aux années 2012/2013, où il s'en créait presque deux par jour, au premier trimestre 2015 il s'en est ouvert un par jour. Un palier a été atteint. Il existe en fait deux types de drive : ceux qui sont accolés à un magasin existant ; et les autres, qui sont juste des entrepôts, implantés en face des magasins concurrents, justement pour leur piquer des clients.
La rentabilité des différents modèles est plus que jamais au cœur des réflexions : 70% des entrepôts sans magasin, créés pour embêter le voisin, sont moins rentables que les autres. L'an dernier, plus de 34 Click&Drive ont cessé leur activité.

La formule gagne toutes les enseignes

Ce ne veut pas dire que le drive ne marche pas, bien au contraire. Il est devenu incontournable. Il représente aujourd'hui 4% de part de marché des produits de grande consommation, soit 4 milliards d'euros par an.
Il tire les ventes vers le haut. Le drive représente même 40% de la croissance du chiffre d'affaires de la grande consommation sur 2014. Et sur le début d'année 2015, les ventes en drive progressent encore de 25%.
À tel point qu'aujourd'hui, toutes les enseignes ont décidé de s'y mettre : les grandes chaînes de bricolage, les magasins de jouets, les enseignes de parfumerie. On trouve même des drive fermiers, proposés par les réseaux de petits producteurs locaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Distribution Drive
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants