2 min de lecture

Le champagne Pommery et la Grande Guerre

REPLAY - Septembre 1914 : dès le début de la guerre, la ville de Reims est bombardée par les forces allemandes. Sur place, la marque Pommery s’engage et participe à la survie de la population.

Anais Bouissou Il était une marque Anais Bouissou
>
Le champagne Pommery et la Grande Guerre Crédit Image : AFP / Patrick Stollarz | Crédit Média : Anais Bouissou | Durée : | Date : La page de l'émission
Anais Bouissou
Anais Bouissou Journaliste RTL

En 4 ans de guerre entre 1914 et 1918, la majorité des bâtiments sont ravagés. Car Reims était devenue rapidement un point stratégique de la 1ere Guerre Mondiale. "À partir du 13 septembre, Reims se retrouve sur la ligne de front. Les français sont dans la ville et les allemands, de l’autre côté", explique Philippe Buton, professeur d’histoire contemporaine. Les premiers obus soufflent les vitres des maisons, des colonnes de fumées affolent les familles qui cherchent à s’abriter. Autour du château Pommery, les habitants se précipitent. 

"Ils ont quitté leur maison pour aller se cacher dans les caves. Quand le chef de cave a vu arriver les habitants il a ouvert les grilles et il leur a dit, 'venez, rentrez'", conte le prince Alain de Polignac représentant de la maison Pommery. Les jours passent, les pluies d’obus détruisent jusqu’à la Cathédrale. Et en sous-sol, dans les caves des champagnes Pommery, la vie s’organise. 

Une organisation pour continuer à produire

"Les gens vont s’installer là-dedans", continue le prince. Dans des conditions parfois très dures, avec des "tunnels dans le noir complet et 15 degré avec humidité. Tout devait trembler". En parallèle de cette vie sous terre, la marque Pommery doit continuer son commerce de champagne. "Le but c’est de faire vivre la maison Pommery mais on ne doit pas cesser de produire et ensuite le sortir de la ville pour l’expédier dans le monde entier", détaille le représentant de la maison. Les hommes tous partis au front, ce sont les femmes prennent donc le relais. "Boucher une bouteille on mettait les plus costauds. Tourner une bouteille il fallait avoir des grosses mains, les femmes c’était autre chose. Eh bien elles vont le faire", confie Alain de Polignac. 

Et au moment des vendanges, le temps est comme suspendu autour des caves Pommery. "Vous avez cette odeur de fermentation. Et cette odeur qui passait au-dessus du gaz c’était comme un espoir de paix. Et en particulier, vous avez cette cuvée, 1915 avec sa petite étiquette, récolté à 1.200 m des lignes ennemies", indique-t-il. Avec la guerre qui s’éternise, Pommery se transforme aussi en citadelle. La vie s’organise par étages. L’ordre d’évacuer est quand même donné en mars 1918. Mais la maison Pommery reprend vite son activité après la guerre. Plusieurs années seront nécessaires pour réparer les vignobles et les bâtiments du château.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784229234
Le champagne Pommery et la Grande Guerre
Le champagne Pommery et la Grande Guerre
REPLAY - Septembre 1914 : dès le début de la guerre, la ville de Reims est bombardée par les forces allemandes. Sur place, la marque Pommery s’engage et participe à la survie de la population.
https://www.rtl.fr/actu/conso/le-champagne-pommery-et-la-grande-guerre-7784229234
2016-07-26 10:25:38
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lryp-r2ZNDs-KEd6dr5E1Q/330v220-2/online/image/2016/0706/7783991189_des-bouteilles-de-champagne-illustration.jpg