2 min de lecture La Poste

La Poste : 982 bureaux vont devenir des maisons de services publics

REPLAY / ÉDITO - La Poste devrait proposer au gouvernement un plan de transformation de ses bureaux en maisons de services publics avant la fin du mois.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
La Poste : 982 bureaux vont devenir des maisons de services publics Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

C'est en priorité une réponse à une urgence. Il faut trouver un antidote efficace contre un  destin tout tracé : celui de la disparition inexorable de sa principale activité et de sa justification sociale historique, à savoir son service universel de distribution du courrier six jours sur sept partout en France.

Dans cinq ans, La Poste traitera deux fois moins de courrier qu’en 2007. Que faire alors des 90.000 postiers qui distribuent un média qui s’évapore à la vitesse grand V ? La Poste est un grand corps malade. Elle est adossée à un modèle économique qui n’a aucune chance contre les nouveaux moyens de communication.

Son avenir n’est plus la lettre. C’est le service aux citoyens éloignés des centres urbains. Elle doit pour survivre inventer un nouveau modèle économique.

Réduire les coûts d’infrastructure

Transformer les bureaux de Poste en maison public, cela veut dire quoi précisément ? Il s’agit pour l'entreprise d'abord de réduire les coûts d’infrastructure en regroupant sous le toit de ce service - qui possède 9.400 bureaux et 17.000 points de contact, presque tous modernes -, le plus grand nombre possible d'acteurs publics ou para-publics qui sont au contact des Français : EDF, GDF, la SNCF, l'Assurance-maladie, Pole Emploi, les Allocations, le Trésor, le RSA, etc.

À lire aussi
Une lettre (illustration) taxes
Smic, prime d'activité, gaz, timbres... Ce qui change au 1er janvier

Cette concentration existe déjà d'ailleurs à titre expérimental, puisqu'elle est à l’œuvre dans 360 communes de France. Elle deviendrait la norme dans les communes de moins de 2.000 habitants. Pour l’État et ses dépendances, ce serait une économie substantielle en frais fixes, mais aussi, à terme, en charge de personnel.

Certaines postes voient moins de quarante personnes dans la journée

Christian Menanteau
Partager la citation

Le second point, ce serait une facilité appréciable dans les régions les moins densifiées du pays, et un coup d'arrêt à la désertification de certaines de nos régions.

Emporter l'adhésion des salariés

Est-ce la solution qui sauvera la Poste ? Ce serait trop facile ! Cette mutualisation n’est pas le remède miracle. D'abord parce que La Poste se débat avec des obligations légales qui coûtent plus de 500 millions d'euros par an à la Poste. Ensuite parce que nous serons moins d’un million l’an prochain à franchir quotidiennement la porte d’un bureau. Certaines postes voient moins de quarante personnes dans la journée.

Enfin, cet établissement va devoir démonter sa capacité d’innovation et de rigueur. C’est déjà une grande entreprise de logistique et une banque solide. Elle doit maintenant prouver qu’elle peut devenir une entreprise de services collectifs efficaces et rentables. C’est son plan stratégique 2015-2020. Elle ne pourra le réussir que si ses 266.000 salariés adhèrent à ce projet. 

La note du jour

13/20 au Fairphone. C'est le smartphone d'une coopérative néerlandaise. Il est garanti "équitable". Il s'en déjà vendu 60.000 et un nouveau modèle est prévu pour cet été.

RTL vous recommande
Lire la suite
La Poste Gouvernement Service public
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants