1 min de lecture RTL Info

La France achère onze nouveaux Rafale, faute de vente à l'étranger

Le ministère de la Défense a prévu d'acquérir onze Rafale supplémentaires par rapport au nombre prévu sur la période 2011-2013, pour compenser l'absence de ventes à l'export, ce qui va entraîner une anticipation de dépenses de 800 millions d'euros. Pour faire tourner les chaînes de montage de Dassault Aviation qui fabrique l'avion de combat biréacteur français, le ministère avait tablé en 2008 sur une production de onze avions par an.

Pierre Julien Journaliste RTL

 La loi de programmation militaire avait prévu la livraison de 10 avions pour  la France en 2011, 7 en 2012, et 5 en 2013, le reste devant être écoulé à l'étranger.

Mais, aucun contrat n'ayant été conclu pour le moment hors des frontières, tous les Rafale produits par Dassault entre 2011 et 2013 seront livrés à la France, soit onze de plus que prévu.

Pour financer ce surcoût, le ministère a mis en place des économies ou des ralentissements de dépenses, a-t-on précisé de même source. Celles-ci portent essentiellement sur le report de la rénovation des Mirage 2000, celui de la mise en place de certaines composantes du programme Scorpion de modernisation des forces terrestres, ou le report de commandes d'avions ravitailleurs MRTT.

Fin décembre 2010, 93 Rafales auront été livrés à la France, qui en a commandé au total 286, dont une soixantaine à la Marine.

Le Rafale a été conçu pour devenir le premier avion de combat français "multirôle", appelé à remplacer sept types d'avions, du Mirage 2000 au Super Etendard. Ce chasseur-bombardier est un biréacteur polyvalent d'une durée de vie supérieure à 30 ans, conçu pour l'interception, l'attaque air-sol et air-mer, la reconnaissance ou la frappe nucléaire.

Monoplace ou biplace, d'une envergure de 10,8 mètres, d'une longueur de 15,3  m et d'un poids à vide de 10 tonnes, il peut décoller sur 400 mètres et possède  un rayon d'action à haute altitude de 1.850 km.

Construit en matériaux composites, il est considéré comme "discret" avec une  faible "signature radar". Capable de voler à Mach 1,8, le Rafale a déjà été engagé dans des missions opérationnelles effectuées à partir du porte-avions Charles de Gaulle et en Afghanistan.

Il est construit en collaboration par Dassault, l'électronicien Thalès et le  motoriste Snecma (groupe Safran). Plus de 1.500 entreprises françaises sont impliquées dans le programme.

Le prix de série de chaque appareil est évalué à 50 millions d'euros environ  (pour les avions vendus aux armées françaises). Le coût budgétaire de chaque avion (développement, industrialisation, production en série et soutien après vente) pour l'Etat français s'élève à environ 96 millions d'euros.

Malgré des contacts avec l'Inde, la Libye, la Suisse, la Grèce et le Brésil notamment, Dassault n'a pas encore réussi à exporter son avion de combat. Selon  les marchés, il se retrouve en concurrence avec l'Eurofighter européen, le Gripen suédois, les F/A-18E/F Super Hornet et F-16 américains ou encore les Mig  russes.

Lire la suite
RTL Info Aéronautique Défense
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants