2 min de lecture Entreprises

La Camif veut concurrencer Ikéa en misant sur la fabrication française

REPLAY - L'entreprise française mise sur une production française et des concepts innovants.

Bénédicte Tassart Éco Tassart Bénédicte Tassart
>
La Camif veut concurrencer Ikéa en misant sur la fabrication française Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
Journaliste RTL

On part à Niort, sur le site de la Camif qui affiche ses ambitions et elles sont énormes ! Détrôner Ikéa en France d'ici 25 ans ! Rien que ça ! Voici une entreprise d'une soixantaine de salariés, qui affiche un chiffre d'affaires de 40 petits millions d'euros et qui s'attaque au géant suédois. Pas mal pour une boîte qui a connu la liquidation en 2008 après 15 ans de difficultés. Pas mal pour ce vépéciste tué par Internet, fondé après la Seconde Guerre mondiale pour que les instituteurs puissent se rééquiper en équipement de la maison.

Création à Niort, donc, la ville des mutuelles. Le catalogue de la Camif, souvenez-vous, il faisait jusqu'à 800 pages. Quand il a visité les milliers de mètres carrés de la Camif à Niort, le nouveau propriétaire a halluciné. Emery Jacquillat a découvert un bâtiment pour chaque métier, un pour l'informatique, un pour la logistique..."J'ai compris pourquoi la Camif allait mal", nous dit-il. Mais il n'a pas hésité, il a déménagé de Paris pour les Deux-Sèvres. 

Le sens de l'aventure

"Je suis un entrepreneur", confie celui qui a été l'un des premiers à vendre de la literie sur Internet. "On était les start-up de l'époque." Emery Jacquillat a tout de suite été persuadé de la force de la marque Camif. Une marque ne meurt jamais, et puis, aujourd'hui il est très content d'être à la tête de la Camif, une marque un peu singulière dans le paysage français, à l'abri de la guerre des prix des Amazon et autres.

Camif ne mise pas sur les prix

À lire aussi
Treize magasins Tati vont fermer entreprises
Les infos de 5h - Treize magasins Tati vont fermer

Emery Jacquillat pense que les consommateurs français en reviennent des premiers prix, pas solides. Il préfère évoquer le prix à l'usage. Il mise sur la fabrication française : 70% de l'offre est française. En choisissant votre lit sur le site de la Camif, vous pouvez regarder une petite vidéo sur le fournisseur, vous pouvez savoir combien de kilomètres parcourus par le produit pour arriver chez vous, vous pouvez aussi essayer le canapé chez un autre client. Ça, c'est un nouveau service. Si vous vous décidez pour ce canapé et bien le client qui vous a ouvert sa porte recevra un bon d'achat. 

Et puis dernière offre : l'upcycling. Ça a commencé avec une petite entreprise d'insertion de Capbreton dans les Landes : on récupère des meubles et on les transforme en meubles complètement neufs. La gamme de prix est moins élevée et les jeunes ménages qui s'installent peuvent être attirés par l'upcycling. Vous le voyez, les idées fourmillent à la Camif pour faire revenir les acheteurs. Pari réussi pour l'instant : l'ex-coopérative des adhérents à la mutuelle des instituteurs de France est redevenue rentable

Lire la suite
Entreprises Deux-Sèvres
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781399731
La Camif veut concurrencer Ikéa en misant sur la fabrication française
La Camif veut concurrencer Ikéa en misant sur la fabrication française
REPLAY - L'entreprise française mise sur une production française et des concepts innovants.
https://www.rtl.fr/actu/conso/la-camif-veut-concurrencer-ikea-en-misant-sur-la-fabrication-francaise-7781399731
2016-01-16 09:59:21
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ibYjOBAUEvBWosYLpXkJoQ/330v220-2/online/image/2015/0828/7779537266_benedicte-tassart.jpg