2 min de lecture Europe

La BCE fait un geste historique pour soutenir la zone euro contre la déflation

La Banque centrale européenne sort l'artillerie lourde. L'institution a annoncé un plan massif de rachat d'actifs, pour plus de 1.1000 milliards d'euros, afin de soutenir l'économie de la zone euro contre la déflation.

Le siège de la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort, le 5 septembre 2013.
Le siège de la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort, le 5 septembre 2013. Crédit : AFP / DANIEL ROLAND
Benjamin Hue
Benjamin Hue
et AFP

C'est un geste d'une ampleur sans précédent. La Banque centrale européenne (BCE) va racheter jusqu'à 60 milliards d'euros de dette publique et privée par mois entre mars 2015 et septembre 2016, a indiqué son président Mario Draghi jeudi 22 janvier. Le conseil des gouverneurs "a décidé de lancer un programme élargi de rachats d'actifs", a-t-il annoncé lors de sa conférence de presse à Francfort. Une version moderne de la planche à billets, appelée "quantitative easing" ou "assouplissement quantitatif", qui consiste à injecter des liquidités pour peser sur les taux d'intérêts pour relancer l'activité économique par le crédit.

Un programme de plus de 1.100 milliards d'euros

Cette offensive monétaire tant attendue sera étalée sur dix-huit mois, au moins "jusqu'à fin septembre 2016" et "en tout état de cause jusqu'à ce que nous voyions un ajustement pérenne dans la trajectoire de l'inflation en ligne avec notre objectif d'atteindre un taux d'inflation inférieur mais proche de 2%", a dit le président. Au total, le programme pèse au moins 1.140 milliards d'euros.

Les rachats seront mis en oeuvre par les banques centrales nationales des 19 pays de la zone euro, et seuls 20% des titres achetés seront soumis à un partage des risques, c'est-à-dire que les pertes éventuelles qui en découleront seront assumées in fine par tous les contribuables de la zone euro. Pour les 80% restant, chaque banque centrale nationale achètera des titres de son pays et en supportera les risques. 

Visant à la fois les dettes publiques des États et les dettes privées des entreprises, ce geste historique de la BCE - jusqu'à présent, l'institution avait toujours refusé de racheter des titres de dettes - doit permettre de relancer la croissance des 19 États membres et d'éloigner la menace déflationniste qui pèse sur la zone euro. En décembre, l'inflation était en effet passée dans le rouge pour la première fois depuis 2009. Les prix avaient reculé de 0,2%, en grande partie à cause de l'effondrement des prix de l'énergie.

Baisser la valeur de l'euro pour relancer l'activité économique

À lire aussi
En Espagne, les terrasses ont rouvertes, comme ici, à Madrid, sur la Plaza Mayor confinement
Déconfinement : Italie, Espagne, Allemagne... Le point sur nos voisins européens

D'une manière générale, les investisseurs - les banques en premier lieu - devraient se montrer moins réticents à prêter aux pays en difficulté, rassurés par le geste de la BCE. 
L'onde de choc n'aura d'ailleurs pas tardée à se faire ressentir sur les marchés. Le taux d'emprunt français à 10 ans a ainsi atteint un plus bas historique jeudi, dans le sillage de l'Espagne et l'Italie.

Dans la foulée de l'annonce, l'euro s'est également enfoncé à des niveaux inédits depuis plus de onze ans face au dollars, sous le seuil de 1,14 dollars. Vers 20h20, la monnaie unique européenne valait 1,1389 dollars après une chute jusqu'à 1,1369 dollars une heure plus tôt. Une forte chute qui s'explique par le caractère inédit des mesures annoncées par la BCE. 

En rachetant des actifs publics et privés pour plus de 1.000 milliards d'euros d'ici à septembre 2016, la BCE doit injecter suffisamment de liquidités dans le système financier pour permettre de diluer la valeur de la monnaie unique et ainsi permettre de faire baisser les taux d'intérêts. De quoi ouvrir la porte à une relance du crédit, des exportations, des emprunts immobiliers ou des prêts aux PME et donc, in fine, de la croissance.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe BCE Euro
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants