2 min de lecture Croissance

L'inflation zéro en 2015 n'est pas forcément une bonne nouvelle

REPLAY / ÉDITO - Si les ménages et les entreprises profitent d'une inflation nulle, cette situation présente des aspects négatifs.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
L'inflation zéro en 2015 n'est pas forcément une bonne nouvelle Crédit Image : Romain Boé / SIPA / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

L’inflation a été nulle en France selon l’Insee en 2015. Qu'est ce qui explique cette situation inédite depuis 1954 ? Le pétrole, encore le pétrole. La chute vertigineuse du prix du brut est le facteur essentiel de cette évolution. On l'oublie mais les prix à la pompe qui se sont  effondrés de 11% l’an dernier,ont permis aux consommateurs de conserver dans leur portefeuille l’équivalent de 7 milliards d'euros de pouvoir d’achat entre le 1er janvier et le 31 décembre. Pour les ménages c'est l'équivalent de 225 euros de pouvoir d'achat supplémentaire en moyenne. Avec, au passage, le maintien à 0,75% du taux du Livret A dans un environnement où l’inflation est à zéro. Cela va redonner un peu de souffle à ce placement très populaire. Pour les entreprises, la seule baisse du pétrole a représenté une économie globale de 20 milliards d'euros. C’est le bon côté de cette affaire : elle nous a évité un effondrement de notre appareil économique.

Pourquoi les consommateurs n’ont pourtant pas l’impression que les prix baissent au quotidien ? Parce que ce n'est pas qu’une impression. L’inflation calculée par l’institut de la statistique fait une large place dans son panier à l’énergie, mais aussi aux fabrications industrielles comme l’électronique, l’électroménager ou le textile, qui tirent l’indice vers le bas. En revanche, quand on se concentre sur les deux grands postes que sont l’alimentation - et particulièrement les produits frais - mais aussi  le tabac, et surtout les fameuses dépenses incontournables que sont les télécommunications, l’Internet, les transports, la santé plus les impôts et taxes, on constate que la facture est à la hausse : très exactement de 0,8%. Ce qui n’est pas neutre quand beaucoup de salaires sont eux à zéro, voire en légère baisse réelle à cause de la hausse des prélèvements sociaux.

Moins de recettes pour l'État

L’inflation, c’est comme la température des enfants : trop forte, c’est l’alerte ; trop faible, c’est l’inquiétude. Quand elle est à zéro, c’est signe d’anémie. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle. La Banque centrale européenne considère que la bonne santé c'est quand les prix augmente de 2% par an. Nous en sommes loin. L’autre aspect négatif, c’est la perte de recettes par l’Etat. Des prix congelés c'est mécaniquement moins de recettes de TVA. Cela fragilise entre autre l’effort de réduction des déficits et pèse sur la croissance et l’emploi.

La note du jour

08/20 à Ségolène Royal. Son projet de portiques dans tous les transports en commun est jugé irréaliste par un rapport d'information du Sénat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Croissance Inflation Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants