2 min de lecture Social

L'immobilier des seniors connaît un grand boom

REPLAY / ÉDITO - L'immobilier a été la vedette du salon des seniors, qui vient de se tenir à Paris. Pourquoi un tel dynamisme ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
L'immobilier des seniors connaît un grand boom Crédit Image : AFP / Archives, Damien Meyer | Crédit Média : Christian Menanteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

La France découvre avec inquiétude la conjonction de deux phénomènes. D'abord une population qui dénombre plus de personnes âgées de plus de 60 ans que de moins de 20 ans. Cette tendance va que s’accélérer : dans 25 ans, il y aura sur notre territoire près de 6 millions d’habitants de plus de 85 ans. Ensuite, nous ne sommes pas préparés à cette situation, et en particulier en matière de logements adaptés pour les personnes âgées ou très âgées.

Actuellement, la politique sociale en matière d’aides au logement ou au maintien à domicile mobilise 700 millions d'euros. À comparer aux 4 milliards qui vont être consacrés au rachat des plaques de taxis. En clair, si les transferts familiaux qui sont évalués à 6 milliards d'euros par an ne jouaient pas, nous serions déjà dans une situation critique. Le problème, c’est qu’au rythme actuel cette participation des actifs devra fortement augmenter à l’avenir. Pas sûr que cela soit possible.

Des solutions non explorées

C’est pour cela que les grands promoteurs immobiliers s’intéressent à ce marché, et de manière peut-être même un peu excessive. Les 540 résidences ou foyers pour personnes âgées du pays augmentent de 80 unités par an, et la cadence s’accélère. Ce serait tout à fait bienvenu si le décalage entre le prix de ces logements et les ressources des retraités ne cessait de croître. Le prix moyen d’une place dans un établissement privé non lucratif est de 1.478 euros, déductions de toutes les aides potentielles et avant des frais divers, souvent obligatoires. C’est bien au-delà de la pension moyenne des Français qui s’établit à 1.300 euros. Bref, on construit mais sans planification nationale avec le risque d’avoir trop de logements là où les besoins sont faibles ou des résidences à demi-vide incapables d’assurer un service de qualité.

On sait que ces résidences sont chères. Il y a des solutions non explorées. On les connaît toutes. La France est remarquable dans la production d’analyse. Elle l'est beaucoup moins dans  celle de solutions concrètes. La première serait évidemment une régulation sérieuse des tarifs et de la gestion des établissements avec une programmation coordonnées. Pour le volet financement, l’Allemagne a ajouté un étage à son assurance-maladie pour les dépenses liées à la dépendance. Les pays nordiques ont une couverture complète via l’impôt. Le Japon un mixte d’impôt et d’assurance obligatoire dès 40 ans. Les solutions existent, c’est une affaire de choix politiques.

Le bloc-notes

À lire aussi
Un TGV dans la gare Saint-Charles de Marseille (illustration) transports
SNCF : "Reprise progressive" du trafic au troisième jour de perturbations

La France reste la première destination touristique du monde : 84.5 millions visiteurs. Mais elle est seulement la troisième en termes de recettes.

La note du jour

12/20 à Archos. L'unique constructeur de tablettes français a reçu l'aide de la Banque Européenne Investissement. Signe de confiance dans son avenir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Immobilier Seniors
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants