2 min de lecture Renault

L’État va lourdement investir dans le capital de Renault

REPLAY / ÉDITO - L'État va investir jusqu'à 1,2 milliard d'euros dans le capital du constructeur automobile Renault, et être ainsi l'actionnaire de référence du groupe.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
L'État va lourdement investir dans le capital de Renault Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

L'État va lourdement investir dans Renault, dont il détient déjà 15% du capital. C'est un peu l’inverse de ce qu’il a fait ces dernières années. Il semblerait que c'est un coup de fusil qui vise en réalité trois cibles.

La première, c'est que le gouvernement veut disposer d'un levier incontournable dans l’ancienne Régie nationale. En investissant jusqu'à 1,2 milliard (on le saura précisément lors du bouclage de l’opération menée par la Deutsch Bank), il va détenir 20% du capital et ainsi devenir l’actionnaire de référence de Renault-Nissan.

Le deuxième point, c'est d'imposer dans la foulée, contre la volonté du président Carlos Ghosn, le principe des droits de vote double pour les actionnaires qui restent plus de deux ans dans la société. Enfin, Si Renault-Nissan reste sur sa vague, une plus forte présence au capital signifie une part plus importante des dividendes dans les poches du Trésor public.

Nationalisation déguisée ?

Est-ce une renationalisation déguisée ? On peut se poser la question. Emmanuel Macron nous avait, en effet, promis de vendre de 5 à 10 milliards dans des entreprises où l’État est présent. En réalité, il fait l'inverse.

À lire aussi
Carlos Ghosn a été libéré sous caution jeudi 25 avril 2019 tribune
Renault : des parlementaires souhaitent que Carlos Ghosn soit rapatrié et jugé en France

Cela dit, juridiquement, Renault reste une société anonyme cotée en Bourse et ne change pas de statut. Mais en vertu de la fameuse loi Florange, les représentants du gouvernement auront des droits de vote qui compteront double. Ce qui signifie l'assurance de contrôler les assemblées générales où la participation est traditionnellement faible.

L'autre changement, c'est que l’État fait dans cette affaire acte d’autorité. Après Dailymotion, c’est la deuxième intervention musclée de Bercy dans une grande entreprise privée. Cela va, dans un premier temps, modifier le rapport des forces avec la direction. Ensuite, cela va aussi changer les rapports entre l'État et les spécialistes de la spéculation dans cette entreprise. 

Les grands investisseurs étrangers scrutés

Est-ce que tout cela est bien pour Renault ? Ce n'est pas sûr. Est-ce que le gouvernement va s'opposer aux décisions stratégiques et industrielles de la direction ? Ce serait risqué, voire contre-productif. Est-ce que c’est de l’argent bien placé ? L’État achète alors que le cours de l’action est au plus haut. Du coup, il devra soit revendre très vite, sous six mois, soit patienter longtemps pour retrouver son investissement et les frais financiers qui vont avec.

Cette initiative dépasse le dossier Renault. Il faudra surveiller la réaction des grands investisseurs étrangers intéressés par l’économie française. Ils peuvent être refroidis par un État dont les qualités de gestionnaire ne sont pas très exemplaires, mais qui s'octroie à très bon compte beaucoup de pouvoirs grâce au double vote. Et cela est essentiel pour le long terme, car la Bourse de Paris est financée à 65% par des capitaux étrangers.

Les repères du jour

- La  zone euro carbure : la croissance de l'activité des entreprises est au plus haut, depuis 2011.

- Les ventes de ciment sont au plus bas en France depuis 1964. La crise du BTP reste profonde.

La note du jour

05/20 au grand gâchis des offices d'HLM de la région parisienne. Ils dépensent 2 milliards par an pour des résultats médiocres et qui ne correspondent pas aux besoins, selon la Cour des Comptes.

RTL vous recommande
Lire la suite
Renault Etat France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants