1 min de lecture International

Japon : la catastrophe de Fukushima classée au niveau 7

L'Agence japonaise de sûreté nucléaire a élevé mardi au niveau maximum de 7 l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima-Daiichi sur l'échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES), le plaçant au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl. Mais l'Agence a précisé que le niveau des émissions radioactives enregistré depuis le début de l'accident nucléaire n'équivalait qu'à 10% de celles mesurées en 1986 après la catastrophe de la centrale située en Ukraine. Les ingénieurs de Tokyo Electric Power (Tepco), l'exploitant de l'installation, ne parviennent toujours pas à reprendre le contrôle du site, où un incendie a été maîtrisé mardi. Trois répliques du séisme du 11 mars ont encore ébranlé le Japon lundi et mardi, sans infliger de dégâts supplémentaires à la centrale.

Des employés de Tepco sur le site de Fukushima-Daiichi
Des employés de Tepco sur le site de Fukushima-Daiichi Crédit : AFp
micro générique
La rédaction de RTL et Carole Laporte-Many

L'échelle internationale des événements nucléaires
Les mesures disponibles sur la radioactivité échappée de la centrale de Fukushima "montrent des niveaux équivalents au niveau 7", a déclaré un responsable de l'Agence, un organisme officiel. "Nous allons continuer de surveiller la situation. C'est un niveau provisoire", a-t-il précisé, ajoutant que la décision définitive de classer cet accident au niveau 7 serait prise ultérieurement par un comité d'experts. "En terme de volume d'émissions radioactives, nos estimations les évaluent à environ 10% de celles émises par Tchernobyl", selon lui.

L'importance d'un problème intervenant sur un site nucléaire est évaluée au moyen de l'échelle internationale INES, le niveau 0 correspondant à l'absence d'anomalie et le niveau 7, le plus important, à un accident majeur, comme celui de Tchernobyl en 1986.

L'Agence de sûreté nucléaire japonaise avait jusqu'à présent classé l'accident nucléaire de Fukushima au niveau 5, correspondant à un "accident ayant des conséquences étendues", avec "endommagement grave du cœurcoeur du réacteur" mais comprenant un "rejet limité de matières radioactives à l'extérieur". L'Agence de sûreté nucléaire française a pour sa part déjà classé l'accident de Fukushima à 6, un niveau d'"accident grave".

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est gravement endommagée depuis un très violent séisme de magnitude 9 et un tsunami géant qui ont touché le nord-est du Japon le 11 mars.

Fortes répliques

Une forte réplique sismique de magnitude 6,3 s'est produite mardi en début d'après-midi dans la préfecture de Fukushima (nord-est du Japon), où est située la centrale nucléaire accidentée, a rapporté l'Agence de météorologie japonaise. Le séisme s'est produit à 14h07 (5h07 GMT), a-t-elle précisé. Son hypocentre était situé à seulement 10 kilomètres de profondeur. Les employés de la centrale Fukushima-Daiichi ont été évacués par précaution, a annoncé l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).

Une autre réplique, de magnitude 6,4, avait eu lieu un peu plus tôt à l'est de Tokyo. Elle a été fortement ressentie dans la capitale japonaise où les immeubles ont tremblé.

Un mois jour pour jour après le séisme et le tsunami du 11 mars, un tremblement de terre de magnitude 6,6 a frappé le nord-est du Japon lundi soir.
Deux importantes répliques sismiques au Japon mardi : la carte de localisation des épicentres
 
Ecouter aussi sur RTL.fr :
-
Tokyo élargit la zone d'exclusion autour de Fukushima
- Séisme au Japon : un mois après, la terre a encore tremblé
- Laurent Favre : "Le Japon, pour le meilleur et pour le pire"

Lire la suite
International Japon Séisme au Japon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants