2 min de lecture Elysée

Hollande : le Top 5 des promesses déçues

François Hollande fête sa première année de présidence. A l'heure du bilan, quels engagements n'a-t-il pas tenu ? RTL.fr dresse le bilan.

François Hollande
François Hollande Crédit : AFP / Archives, Bertrand Langlois
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Voilà un an que François Hollande est à l'Elysée. Entre le taux d'imposition à 75%, le droit de vote des étrangers ou la réduction du déficit, plusieurs promesses formulées par le candidat socialiste n'ont pas été tenues. Après avoir établi le TOP 5 des promesses tenues, RTL.fr dresse son TOP 5 des promesses non-tenues. 

1. Le taux d'imposition à 75%
"Au-dessus d'un million d'euros par mois, le taux d'imposition devrait être de 75%",a-t-il déclaré sur TF1, le 27 février 2012. La mise en place d'une taxe exceptionnelle de 75% pour deux ans devait être inscrite dans le budget 2013 mais elle a été retoquée par le Conseil constitutionnel

Une nouvelle mouture doit être présentée au printemps dans le cadre d’une loi de finance rectificative. Le montant de l'imposition devrait être finalement de 66,6%, si le gouvernement suit la recommandation du Conseil d'Etat. 

2. La renégociation du pacte budgétaire 

"Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction", promettait le candidat dans sa 11ème proposition.

À lire aussi
Le secrétaire général de l'Élysée Alexis Kohler en octobre 2017 justice
Affaire Kohler : des juges d'instruction reprennent les investigations

Le traité n'a pas été renégocié : c'est le texte adopté sous Nicolas Sarkozy qui a été voté par les parlementaires en octobre 2012. François Hollande a néanmoins obtenu la mise en place d'un pacte de croissance. Ce pacte est d'un montant de 120 milliards d'euros sur trois ans.

3. La réduction du déficit à 3%
Proposition n°9 : "Le déficit public sera réduit à 3% du produit intérieur brut en 2013. Je rétablirai l’équilibre budgétaire en fin de mandat."

Le 3 mai, la Commission européenne a finalement estimé que le déficit français serait de 3,9% du PIB en 2013 année et 4,2% en 2014. La France s'est vu accorder un délai de deux ans pour repasser la barre des 3% mais certains économistes trouvent cette prévision encore trop optimiste.

>
"Le pire, c'est maintenant", selon l'économiste Marc Touati Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Dominique Tenza & Florence Cohen | Date :

4. La fusion impôt sur le revenu / CSG

Proposition n°14 : "La contribution de chacun sera rendue plus équitable par une grande réforme permettant la fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR)."

La fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG n'a jamais été mise en œuvre.

5. Le droit de vote des étrangers
Proposition n°50 : "J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans."

Cette mesure nécessite une modification de la Constitution. Elle doit donc être adoptée à la majorité des 3/5eme du Parlement – ce dont la gauche ne dispose pas. La réforme a été enterrée sine die. 

Najat Vallaud-Belkacem au micro de RTL a tenu à défendre le Président : "Le seul bilan que l'on puisse tirer, c'est celui des actions, pas des effets et les Français le savent bien", a-t-elle coupé.

>
Najat Valaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement : "Le rêve est toujours là" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Elysée François Hollande Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants