2 min de lecture Grèce

Grèce : vers une sortie de la zone euro et un retour à la drachme

REPLAY / ÉDITO - Valéry Giscard d'Estaing s'est déclaré favorable à la sortie de la Grèce de la zone euro. Le retour à la monnaie nationale restaurera la compétitivité du pays.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Grèce : vers une sortie de la zone euro et un retour à la drachme Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Un retour à la drachme est tout à fait possible. La Tchéquie et la Slovaquie se sont séparées, chacun a dû créer sa monnaie et son état, tout ça s'est passé sans aucun problème. Regardez encore la sécession des ex-républiques soviétiques, qui ont toutes créé leur monnaie et s'en portent beaucoup mieux. Les unions monétaires entre différents états, sont jalonnées d'entrées et de sorties, les portes n'arrêtent pas de s'ouvrir comme des portes de saloon. C'est un problème technique, auquel il y a des solutions techniques. Pour autant, est-ce que c'est souhaitable ?

Cela aurait un très grand avantage, ça restaurerait la compétitivité de l'économie grecque, grâce à la dévaluation de la nouvelle monnaie par rapport à l'euro. Du coup, l'économie grecque repartirait à fond. Elle vend quand même 23 % de son PIB à l'étranger, à peu près comme la France. On se focalise sur la question de la dette, mais ce n'est qu'une conséquence de la perte de compétitivité, qui elle-même découle du fait que l'euro n'est pas du tout adapté à la Grèce.

Sortie de l'euro, bon pour les pauvres, mauvais pour les riches

L'entrée de la Grèce dans l'euro a été une malédiction, qui va coûter au pays l'une des crises les plus graves de l'histoire économique. Si la Grèce ne sort pas, il faudra annuler la dette tous les trois ou cinq ans, ça repoussera comme du chiendent.

En conséquence, les épargnants seraient tondus, ils verraient la valeur de leur capital fondre du montant de la dévaluation. Mais le chômage, considérable, fondrait aussi,  grâce au retour de la croissance. En clair, la sortie de l'euro, ça serait un problème pour les riches, qui détiennent du capital dans le pays, mais ça serait bien pour les pauvres. Ça serait un problème pour les vieux, qui détiennent le capital, et une aubaine pour les jeunes, qui sont aujourd'hui massivement au chômage. 

À lire aussi
Illustration d'un village de l'île de Poros en Grèce Grèce
Grèce : un accident d'hélicoptère fait deux morts près de l'île de Poros

De toute façon, il va falloir que quelqu'un paye pour cette expérience catastrophique. Soit l'Allemagne avec des transferts - l'Allemagne et la France, en fait. Soit les Grecs en dévaluant leur épargne. Le problème n'est pas de savoir si l'on va payer, mais qui va payer, les Grecs ou les autres. Et c'est le véritable objet des négociations qui se déroulent en ce moment entre Athènes et Bruxelles, ils veulent se refiler le mistigri.

700 euros par Français prêtés à la grèce

Ça coûterait cher à la France, 42 milliards d'euros, l'argent qu'on a prêté à Athènes, soit à peu près 700 euros par Français. Mais là encore, ça ne sert à rien de pleurer, cet argent ne sera jamais remboursé, quel que soit la solution choisie pour la Grèce. Certains évoquent un séisme financier si Athènes sortait de l'euro.
Pour que l'opération réussisse, il faudrait que la banque centrale européenne garantisse la valeur de la nouvelle drachme, en rétablissant le système monétaire européen, qui permettait des taux de change quasi-fixes mais ajustables.

Et il faudrait bien sûr maintenir l'assistance au système bancaire grec, qui est en faillite aujourd'hui, pour éviter ce qu'on appelle le "run", c'est-à-dire les retraits massifs. Pour le reste, il faut qu'on leur trouve un bon imprimeur, pour fabriquer les nouveaux billets.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grèce Zone euro Valéry Giscard d'Estaing
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7776680681
Grèce : vers une sortie de la zone euro et un retour à la drachme
Grèce : vers une sortie de la zone euro et un retour à la drachme
REPLAY / ÉDITO - Valéry Giscard d'Estaing s'est déclaré favorable à la sortie de la Grèce de la zone euro. Le retour à la monnaie nationale restaurera la compétitivité du pays.
https://www.rtl.fr/actu/conso/grece-vers-une-sortie-de-la-zone-euro-et-un-retour-a-la-drachme-7776680681
2015-02-20 09:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3Qh8acTfbNTK2YXingPFVA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375199_francois-lenglet.jpg