2 min de lecture Info

Fins de mois difficiles : "On fait toujours plus de concessions sur la nourriture", explique Sylvie

REPORTAGE - Selon l'étude d'un cabinet spécialisé, pour 43% des sondés la fin de mois commence dès la date du 15 ou même avant. Rencontre avec une famille de Melun, en Seine-et-Marne, qui passe la moitié de son temps à compter les centimes.

La fin de mois difficile arrive de plus en plus tôt pour les Français
La fin de mois difficile arrive de plus en plus tôt pour les Français Crédit : AFP / Archives, Thomas Coex
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Est-ce vraiment une surprise ? En cette période de crise qui joue les prolongations, une étude d'un cabinet spécialisé en matière de consommation(*) fait apparaître que 43% des personnes interrogées sont dans le rouge financièrement dès le 15 du mois, ou même avant. Ensuite, c'est dur, il faut économiser l'essence et faire des tous petits achats pour subsister.

Un budget de plus en plus serré

Sylvie, Thomas et leur fils sont installés dans un petit appartement de Melun. "La fin de mois, c'est à partir du 12", explique la maman. "Déjà, on pare au nécessaire, notamment les couches pour le bébé. Pour nous, on va au moins cher. Je crois que c'est de pire en pire", poursuit-elle.

Un budget de plus en plus serré depuis que Sylvie n'a plus de travail. Son mari, manutentionnaire, gagne le Smic. Forcément, ils ont modifié leurs habitudes. "On ne peut pas aller au cinéma, ni au bowling, ni même commander une pizza, pourtant un truc tout bête", lâche la jeune femme.

On a remplacé la viande par le jambon

Sylvie
Partager la citation

"Si on arrive à manger de la viande une fois par semaine, on est contents. Sinon, on va manger du jambon. C'est de plus en plus dur, donc il faut faire des concessions sur la nourriture", reconnaît Sylvie.

À lire aussi
Le site Whirlpool d'Amiens (illustration) industrie
Les infos de 6h30 - Whirlpool : Emmanuel Macron doit revoir les ex-salariés à Amiens

Un quart des Français a réduit son budget alimentaire. Le couple fait ses courses dans des magasins discoun, et complète ses achats dans des commerces de proximité. "Les fruits et légumes sont plus jolis sur le marché et ils sont moins chers", explique Sylvie.

Pour Sylvie, "les hypermarchés se nourrissent de la crise"

"Si on fabriquait peut-être un peu plus dans notre pays, on n'aurait pas les frais d'avion et de bateau à payer. Pour moi, les produits achetés en Chine ne le sont pas au prix auquel ils nous sont revendus", avance Sylvie. Avant d'ajouter : "Je pense que les gens qui tiennent les hypermarchés se nourrissent de la crise".

En faisant attention, le couple parvient tout de même à joindre les deux bouts jusqu'à la fin du mois.

Pour parer aux difficultés financières des ménages, certaines enseignes, comme Leclerc, proposent désormais à leurs clients de décaler l'encaissement des chèques émis le dernier week-end du mois.

(*)Etude Altavia
/ShopperMind "Crise du shopping et/ou shopping de crise"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Pouvoir d'achat Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants