1 min de lecture Chroniques

Exclu RTL : Jérôme, qui a reçu la première greffe totale du visage, parle pour la première fois

C'est une exclusivité RTL : Yves Calvi a reçu Jérôme, 35 ans, qui a bénéficié de la première greffe totale du visage (avec les paupières et le système lacrymal). Opéré au CHU Henri-Mondor de Créteil, dans le Val-de-Marne, par le professeur Lantieri et son équipe les 26 et 27 juin derniers, Jérôme parle pour la première fois depuis son opération. Il déclare avoir immédiatement accepté son nouveau visage, lui qui souhaitait tellement pouvoir se "balader dans la foule". Il rend un vibrant hommage à la famille de celui dont il porte aujourd'hui le visage, et lance un appel au don d'organe, "le plus bel acte qu'un homme puisse faire à l'homme (...) le geste ultime".

Calvi-245x300
Yves Calvi Journaliste RTL

Diaporama - Jérôme a accepté d'être photographié avec son nouveau visage, qu'il s'est "approprié tout de suite" :
Jérôme, qui a reçu la première greffe totale du visage, dans le studio RTL
Crédit : RTL / Abaca Press / Thibault Camus

Tous droits réservés - Utilisation et reproduction interdites

Comment vous vous sentez, comment va votre vie ?

"Ma vie va parfaitement bien. Je me sens vraiment en très très grande forme, surtout deux mois après l’intervention. Jamais je n’aurais imaginé que j’aurais une aussi grande forme physique et surtout morale car je suis vraiment entièrement satisfait du résultat sachant que les choses évoluent dans le bon sens mais aujourd’hui tout va parfaitement bien."

Est-ce que vous vous souvenez du moment où vous avez découvert votre nouveau visage ?
"Je m’en souviens très bien. Ca s’est fait en deux temps. Tout d’abord c’est le Professeur Lantieri qui m’a présenté un miroir. J’ai levé les deux pouces puisqu’à ce moment là je ne pouvais pas encore m’exprimer. Tout de suite j’ai vu que le résultat était à la hauteur de mes espérances. Puis dans un deuxième temps lorsque j’ai pu me lever, me déplacer, je me suis vu dans un miroir de la salle de bain de ma chambre. J’ai pris le temps de me regarder et c’était un mélange de sentiments. Le premier sentiment c’était l’acceptation de ce nouveau visage. A aucun moment je me suis dit 'c’est le visage d’un autre'. Tout de suite je me le suis approprié. Ensuite ça a été une immense satisfaction mais encore une fois sachant que c’était quelques jours après l’opération..."

Est-ce que ça veut dire, quand vous vous croisez dans un miroir, que vous ne voyez jamais le visage d’un autre ?
"Jamais. C’est moi. De plus en plus, au fil que les jours passent, je retrouve mes anciens traits, des expressions que j’ai pu avoir, j’ai complètement adopté ce visage...
"C’est de plus en plus visible. Au fur et à mesure que les choses évoluent. Mon entourage me dit 'on retrouve tes traits, tes expressions'. En effet, c’est mon visage."

Vous pouvez aujourd’hui pleurer les larmes de quelqu’un d’autre. Est-ce que ces larmes vous les avez déjà pleurées ?
"Oui. Quand j’ai tenté de remercier le Professeur Lantieri pour ce qu’il avait fait. Je n’arrivais pas à trouver les mots à la hauteur de ce que ressentais. J’ai eu la gorge nouée et j’ai pleuré."

En mars 2008 vous aviez confié vouloir vous fondre dans la foule pour être comme n’importe qui. Est-ce que ce souhait est aujourd’hui exaucé ?
"D’une certaine manière oui. Quand je vais en famille en province je ne reste pas cloîtré chez moi, au contraire j’en profite".

Vous marchez à visage découvert dans la rue ?
"Oui. Jusqu’à présent il y avait un regard, puisqu’à l’époque j’avais un pansement encore au niveau de l’œil mais c’était un regard comme ça, comme si on regardait n’importe qui. Les gens ne se retournaient plus dans la rue et il n’y avait plus de questionnement."

Qu’est-ce que vous faites au quotidien pour votre rééducation ?
"Il y a une rééducation orthophonique, des petits exercices de prononciation de courtes voyelles et un examen où je place des patchs électriques sur le visage qui va aider à une meilleure prononciation."

Est-ce que les premièrs jours qui ont suivi l’intervention ont été douloureux ?
"Pas du tout. A aucun moment je n’ai ressenti de douleur."

Vous n’avez pas souffert ?
"Non, jamais."

Si vous avez ce visage c’est grâce à un donneur. Une famille a accepté ce don. Est-ce que vous auriez envie de leur dire quelque chose ?
"Ca serait difficile parce que leur acte est d’une telle générosité. J’y réfléchissais et je me disais 'finalement le don d’organe des tissus n’est-ce pas le plus beau geste que l’Homme puisse faire à l’Homme ? Au-delà de tous les discours sur la solidarité et l’humanisme. Je pense que ce geste ultime, faire don de soi au sens propre du terme, par un organe, un tissu, je trouve que c’est le plus bel acte que l’Homme puisse faire à l’Homme'. J’aimerais le transmettre avec mon témoignage. Ca permet de montrer l’importance du don d’organe et du don de tissu qui me permet d’être ici en très grande forme, avec un moral d’acier, avec une nouvelle vie qui commence."

Podcast chronique

Lire la suite
Chroniques Le choix de Yves Calvi Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants