1 min de lecture Grèce

Éric Zemmour : "Le bon élève grec était donc toujours un cancre"

REPLAY / ÉDITO - Le journaliste revient sur la situation économique de la Grèce qui, visiblement, redevient critique.

debat On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Éric Zemmour : "Le bon élève grec est donc toujours un cancre" Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Eric Zemmour
Éric Zemmour Journaliste RTL

La Grèce sort à peine de six ans de récession et de réformes très dures en échange de 240 milliards d'euros prêtés par ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international). Le plan d'aide de l'UE, qui devait s'achever le 31 décembre, a dû être allongé de deux mois.

"Il y avait trois ans, on nous avait dit : 'N'ayez pas peur, la situation est sous contrôle !'", décrypte Éric Zemmour. La Grèce était considérée comme une bonne élève, "comme l'Espagne, comme l'Irlande; comme le Portugal". Et de notre que la France était alors considérée comme le seul mauvais élève.

Le feu couvait donc sous la braise

Éric Zemmour
Partager la citation

"Mais voilà que tout recommence", se désole le journaliste. Il a suffi que le premier ministre grec annonce des élections anticipées pour que la bourse d'Athènes plonge, et que repartent les rumeurs de sa sortie de l'euro. "Le feu couvait donc sous la braise. Le bon élève grec était toujours un cancre".

Il faudra compter avec le peuple, "cet éternel empêcheur de tourner en rond". "Il faudrait pouvoir changer le peuple grec, mais aussi le peuple espagnol qui ne voit pas non plus le résultat des efforts fournis et fait un triomphe à un mouvement anti-européen", lâche Éric Zemmour.

À lire aussi
Des touristes devant l'Acropole, à Athènes, le 29 mai 2020 Grèce
Vacances d'été en Grèce : à la rencontre d'Athènes et de l'Acropole


Pour lui, l'heure est à "la révolte des bons élèves, victimes de leurs bonnes notes". Un paradoxe apparent que la théorie économique explique fort bien, selon le journaliste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grèce Crise économique Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants