2 min de lecture Éducation nationale

Éducation nationale : peut-on augmenter le salaire des enseignants ?

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - Avec la fin des vacances, les grands débats autour de l’éducation nationale renaissent. Ses mérites, ses faiblesses, ses aberrations : le magazine "Capital" ouvre le dossier en partenariat avec "RTL".

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Éducation nationale : peut-on augmenter le salaire des enseignants ? Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

Tous les prétendants à l'Élysée - François Hollande en 2012, Alain Juppé, Bruno Le Maire ou François Fillon aujourd'hui - en font un thème central de leur projet. Est-ce que cette polarisation est justifiée ? Trois chiffres semblent le démontrer. D'abord, nos écoliers sont réellement à la traîne, très près du radiateur. La France se situe au 23ème rang des 65 pays du classement Pisa de l’OCDE, qui synthétise le niveau de connaissances. Ensuite, 15% de nos jeunes quittent le système scolaire sans aucun diplôme. Enfin, 27% des étudiants abandonnent leurs études après la première année à l’université.

Cette situation est sévèrement résumée par le secrétaire général des personnels de direction de l'Éducation nationale, qui dit : "Notre système coûte cher, sa pédagogie et ses programmes sont à côté de la plaque, il stresse les élèves et les profs, et il fabrique de l’exclusion".

pas assez de dépenses pour le primaire

Notre système éducatif, c'est 92 milliards d'euros de dépenses publiques en 2015. Une mobilisation financière exceptionnelle. Il faut s’en féliciter. Mais aussi s’interroger sur son usage comme sur le fonctionnement de la machine.

D'abord sur la répartition des fonds. On dépense beaucoup trop pour le secondaire (83 enseignants pour 1.000 élèves contre 58, par exemple, aux Pays-Bas) mais pas assez pour le primaire. Or tous les experts considèrent que le primaire c'est la phase capitale du parcours éducatif. Résultat : entre 1968 et 2015, le nombre d’heures de cours de français y a chuté de 2.000 à 1.500 heures.

À lire aussi
Des copies du baccalauréat dans une salle d'épreuve (illustration) éducation nationale
Grève des correcteurs du bac 2019 : les sanctions infligées aux professeurs révélées

On peut aussi se poser des questions sur le fonctionnement : 92.552 profs ne sont jamais devant les élèves, alors que 81% des enseignants absents pour une courte durée ne sont pas remplacés.

Besoin d'une vision

Certes les réformes se multiplient. En revanche, on peut douter de la cohérence du pilotage. Trois ministres en trois ans, cela ne facilite pas la vision à long terme. La loi Chatel voulait rééquilibrer les filières au lycée. Bien. Mais dans les faits, un bac pro sur sept s’engage dans celle de l’apprentissage. En grande partie parce que les entreprises n’ont pas voix au chapitre dans le contenu des formations. Terrible alors que l’on sait que cette option réduit par deux le risque de chômage.

On pourrait être accablé. Il ne le faut pas. Le dossier montre que les marges de progrès sont immenses et qu’elles ne nécessitent pas d’argent, mais simplement du bons sens et une vison.  

La note du jour

14/20 à Sylvia Pinel. La ministre du Logement de l'Égalité des territoires et de la ruralité a réussi à faire passer une ordonnance qui allège la masse de documents exigé par la loi Alur pour la cession d'un appartement ou d'une maison. C'est une bonne nouvelle pour le marché immobilier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Enseignants Salaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants