2 min de lecture Internet

Données personnelles : "Google est gratuit parce que la marchandise c'est nous", dit une eurodéputée

INVITÉE RTL - Françoise Castex, députée européenne, revient sur la volonté du Parlement de davantage protéger les données personnelles des internautes face aux géants du secteur.

Un homme dans un cybercafé (photo d'illustration).
Un homme dans un cybercafé (photo d'illustration). Crédit : STR - AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Si c'est gratuit, c'est que vous êtes le produit : pour Google, "la marchandise, c'est nous", affirme l'eurodéputée Françoise Castex. La commission "Libertés civiles" du Parlement européen a adopté dans la nuit de lundi à mardi une nouvelle loi pour protéger de façon plus efficace nos données personnelles sur internet.

Nos données personnelles, c'est-à-dire "nom, adresse internet, sexe, orientation sexuelle, orientation politique", précise la socialiste, en pointe sur ce dossier. "Mais c'est aussi tout un tas d'habitudes de consommation, vos historiques de navigation."

Le marché des données personnelles

Le profilage, lorsque toutes ces données sont croisées, "dessine un profil de consommateur et ça, ça a beaucoup de valeur", explique l'élue. Elle s'appuie sur une étude américaine, selon laquelle la valeur des données personnelles des européens est évaluée à 315 milliards d'euros aujourd'hui, (...) à 1.000 milliards d'ici 2020."

La nouvelle législation devrait permettre que les données laissées par les utilisateurs sur internet ne soient pas utilisées sans leur consentement explicite. Si ce n'est pas le cas, des recours sont prévus, explique Françoise Castex, avec un renforcement des pouvoirs des autorités de contrôle comme la CNIL, et des sanctions pouvant aller "jusqu'à 5% du chiffre d'affaires" de l'entreprise concernée.

Le lobbying des géants du web

À lire aussi
La transaction a été acceptée par Google France et Google Irlande fraude fiscale
Google verse près d'1 milliard d'euros à l'État français pour solder son contentieux

Le texte n'a pas été facile à adopter, confie l'eurodéputée. "Il y a eu dans les premiers mois de cette année 2013 une pression des entreprises de l'internet d'une violence incroyable que je n'avais jamais vue au Parlement européen", raconte-t-elle.

Elle dénonce une pression "psychologique" : "On dit regardez 1.000 milliards de dollars de chiffre d'affaires, regardez ce que ça représente en PIB, en croissance." "C'est un chantage à la croissance et au nombre d'emplois que ça pourrait dégager."

Si le Parlement a finalement bougé, affirme Françoise Castex, c'est en partie grâce au scandale de l'affaire Prism, la polémique autour de l'espionnage des États-Unis, qui a entraîné une "prise de conscience" de la nécessité de protéger les internautes.

>
Françoise Castex : "J'ai subi une pression violente des entreprises de l'internet" Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Internet Info Vie pratique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7765906654
Données personnelles : "Google est gratuit parce que la marchandise c'est nous", dit une eurodéputée
Données personnelles : "Google est gratuit parce que la marchandise c'est nous", dit une eurodéputée
INVITÉE RTL - Françoise Castex, députée européenne, revient sur la volonté du Parlement de davantage protéger les données personnelles des internautes face aux géants du secteur.
https://www.rtl.fr/actu/conso/donnees-personnelles-google-est-gratuit-parce-que-la-marchandise-c-est-nous-dit-une-eurodeputee-7765906654
2013-10-22 11:37:41
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Y6vIKYt0_mAeTPQK_3FKNw/330v220-2/online/image/2013/1022/7765907401_un-homme-dans-un-cybercafe-photo-d-illustration.jpg