1 min de lecture Pierre Moscovici

Dette de la France : Pierre Moscovici veut rassurer après l'article du Figaro

Le ministre des Finances Pierre Moscovici a assuré que l'endettement de la France allait "atteindre un maximum" avant de "décroître". Le Figaro affirme que la dette française devrait atteindre 95,1% du PIB d'ici fin 2014.

Dette française : Pierre Moscovici a assuré mardi que l'endettement de la France allait "atteindre un maximum" avant de "décroître", insistant sur l'ardoise laissée par les précédentes majorités.
Dette française : Pierre Moscovici a assuré mardi que l'endettement de la France allait "atteindre un maximum" avant de "décroître", insistant sur l'ardoise laissée par les précédentes majorités. Crédit : AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le ministre de l'économie Pierre Moscovici souhaite rassurer les Français. "L'endettement va atteindre un maximum et ensuite ça décroîtra", a -t-il déclaré mardi 17 septembre, après un article du quotidien Le Figaro qui affirme que la dette française devrait atteindre 95,1% du PIB d'ici fin 2014. Pierre Moscovici était interrogé sur France 2.

La loi de finance 2014, présentée la semaine prochaine, devrait indiquer un  endettement de la France de 93,4% du PIB en 2013 et 95,1% fin 2014. "Un record, bien supérieur au taux de 94,3% envoyé au printemps par Paris à Bruxelles dans le programme de stabilité", relève le quotidien. La dette de la France aurait ainsi augmenté de 120 milliards en deux ans. Elle s'élèverait à 1.950 milliards d'euros, soit une ardoise de 30.000 euros par Français.

"Le Figaro n'a pas cité un chiffre", celui du déficit qui s'est "accru" sous Sarkozy


"Pendant le quinquennat précédent, sous Nicolas Sarkozy, nous l'avons dénoncé, le déficit s'est accru de 600 milliards d'euros, on est passé en dix ans de 60% du PIB (produit intérieur brut) à plus de 90%", a déclaré Pierre Moscovici, qui n'a pas contredit le chiffre avancé par le quotidien. "Ce que je reproche au papier du Figaro, ce n'est pas d'avoir cité un chiffre spectaculaire (...), c'est de laisser penser que la signature de la France serait menacée : elle ne l'est pas", a-t-il poursuivi, jugeant également que "là où Le Figaro se trompe, c'est que la France fait des réformes qui permettent justement de réduire le déficit structurel".

Le ministre a rappelé que le déficit structurel, c'est-à-dire hors aléa de conjoncture, allait être réduit d'un point en 2014 après 1,7 en 2013. "Ce gouvernement mène une politique résolue de réduction des déficits nominaux, c'est les chiffres absolus, et les déficits structurels, ceux qui sont indépendants de la croissance", a-t-il affirmé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pierre Moscovici Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants