2 min de lecture Social

Dentellier Desseilles : pourquoi les salariés préfèrent un repreneur chinois

REPLAY / ÉDITO - Le tribunal de commerce de Calais va se prononcer ce mercredi 30 mars sur les offres de reprise du dentellier Desseilles Laces, en liquidation judiciaire.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Dentellier Desseilles : pourquoi les salariés préfèrent un repreneur chinois Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Si les salariés de Desseilles souhaitent un repreneur chinois, c'est - selon les propos d'un de leurs représentants - "pour que leur patrimoine ne soit pas délocalisé hors de Calais". Les ouvriers, dont la moyenne d’âge est de 52 ans, préfèrent un patron à 15.000 kilomètres plutôt qu’à 150, le siège d’un des candidats français lui aussi dentellier historique. Ce n’est évidemment pas le seul argument. Les défenseurs du dossier chinois estiment aussi que l’emploi sera mieux garanti par ce repreneur qui est un fabricant de textile de Shanghai. De cinq à neuf postes supplémentaires seraient préservés. Ils jugent que ce nouvel entrant est un candidat parfait pour re-financer l’entreprise et imposer le label "dentelle de Calais" à travers le monde.

Certains spécialistes appellent à la prudence face aux dossiers chinois, au moins pour trois considérations. Pékin s'inquiète de la multiplication de ses investissements à l’étranger, parfois fondés sur des montagnes de dettes et dont les PDG ont ensuite une fâcheuse tendance à s’évaporer dans la nature (souvenez-vous de l’aéroport de Toulouse). Ensuite parce que la dentelle est une niche de la lingerie de luxe. Or, le froufrou haut de gamme n’est plus français. Il est suisse ou italien. Et qui est le grand fournisseur concurrent : un japonais ? Implanté où ? En Chine.
Enfin, c'est une entreprise qui n’a comme atout que son savoir-faire sur des machines anglaises du XIXe siècle certes exceptionnelles, les Leavers, mais qui n’est jamais à l’abri d’un transfert de technologie et de matériel. 

Nos ministres pourraient découvrir en une matinée le bien-fondé d’une bonne loi El Khomri pour encadrer les restructurations

Christian Menanteau
Partager la citation

Il y aura deux défenseurs du "made in France" qui vont se manifester devant le tibunal. Ils déplorent le soutien des collectivités locales et de l’État à la candidature chinoise. Le principal postulant est tout simplement le leader français de ce secteur. Ce régional du concours dispose d’une solide base industrielle et exporte 85% de sa production. Il promet lui aussi d’investir pour conforter la filière de la dentelle haut de gamme et se trouve qu'à 1h27 par l’autoroute A26 de Calais.

À lire aussi
Pascal Pavageau, leader de Force ouvrière syndicats
FO : "On a déjà vu un patron de syndicat se faire débarquer", dit Alba Ventura

Si ce dossier est repoussé, il faudra alors en faire le grand sujet du prochain Conseil des ministres : le sort de cette PME de 72 personnes, en déficit, est un cas d’école. Nos ministres pourraient découvrir en une matinée le bien-fondé d’une bonne loi El Khomri pour encadrer les restructurations, les dégâts de l’instabilité judiciaire en matière économique, les ravages du fatras administratif et un aperçu de notre absence de vision industrielle

La note du jour

07/20 à Donald Trump. Le candidat aux primaires républicaines aux États-Unis brille en politique, mais pas en gestion : 17 de ses 21 placements financiers ont perdu de l'argent en 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Calais Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782601406
Dentellier Desseilles : pourquoi les salariés préfèrent un repreneur chinois
Dentellier Desseilles : pourquoi les salariés préfèrent un repreneur chinois
REPLAY / ÉDITO - Le tribunal de commerce de Calais va se prononcer ce mercredi 30 mars sur les offres de reprise du dentellier Desseilles Laces, en liquidation judiciaire.
https://www.rtl.fr/actu/conso/dentellier-desseilles-pourquoi-les-salaries-preferent-un-repreneur-chinois-7782601406
2016-03-30 07:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/O_MwUUtdtm4N-wUt7u8E5A/330v220-2/online/image/2016/0330/7782601802_une-machine-au-musee-de-la-dentelle-de-calais.jpg