3 min de lecture Internet

Deezer, néo-licorne déterminée à survivre dans la bataille du streaming

Deezer serait sur le point de faire une levée de fonds qui le valoriserait à plus d'un milliard de dollars.

Deux millions de Français sont abonnés à un service de streaming audio comme Deezer (illustration).
Deux millions de Français sont abonnés à un service de streaming audio comme Deezer (illustration). Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Selon la légende, elle désigne un animal imaginaire, aux apparitions rares. La licorne est désormais une espèce de plus en plus banale dans l'univers des nouvelles technologies. Dans la Silicon Valley, précisément, où le terme désigne les start-up (entreprises créées il y a moins de dix ans) non cotées en bourse, valorisée à plus d'un milliard de dollars, dont la fulgurance de l'expansion augure d'un rachat XXL et nourrit l'espoir d'une introduction en bourse tonitruante. 

Le magazine américain Forbes en dénombre plus de 80 à travers la planète. Les plus connues ont pour nom Uber, Shazam, Spotify, Snapchat ou AirBnB et pèsent plusieurs milliards de dollars. La France compte aussi aussi ses champions avec Blablacar, Criteo (avant son entrée au Nasdaq en 2013) et Vente-privée.com, même si son modèle rentable n'a plus grand chose à voir avec celui d'une start-up . Un cercle très fermé que pourrait rapidement rejoindre le numéro un français de l'écoute de musique en ligne, Deezer.

Ne pas se laisser marginaliser par Apple et Spotify

Selon les informations de l'agence américaine Bloomberg, le troisième acteur du marché mondial du streaming envisagerait d'effectuer une levée de fonds auprès d'investisseurs privés. La première depuis 2012, lorsqu'un financier américano-russe avait investi 100 millions d'euros dans la start-up. L'opération valoriserait l'entreprise désormais dirigée par l'Allemand Hans-Holger Albrecht à plus d'un milliard d'euros (1,1 milliard de dollars) et pourrait accoucher d'une introduction en bourse. Une perspective risquée au regard de sa position de challenger dans un secteur encore en quête d'un modèle économique rentable. Pour l'instant, Deezer se refuse à tout commentaire.

Ce tour de table doit permettre à Deezer de suivre le rythme imposé par la concurrence. L'arrivée d'Apple Music en juin a bouleversé l'équilibre entre les forces en présence. En l'espace de cinq semaines, le service a déjà attiré près de 11 millions d'abonnés, qu'il va devoir convertir en engagements payants fin septembre. Avec 800 millions de clients iTunes, une trésorerie illimitée et l'importante réserve de croissance offerte par son déploiement sur les plateformes Android cet automne, Apple Music dispose de solides atouts pour marginaliser ses concurrents sur le segment du streaming par abonnement payant, le mode de consommation que les experts voient s'imposer à moyen terme.

Des accords porteurs avec des opérateurs locaux

À lire aussi
La 5G doit arriver en France à horizon 2020 Connecté
5G : la France n'est "pas en avance" sur le déploiement, selon les opérateurs

Avec 75 millions d'abonnés (dont 20 payants) revendiqués, Spotify est le leader incontesté du secteur. Mais le suédois ne génère toujours pas de bénéfices, l'essentiel de ses revenus étant alloués au paiement des droits d'auteurs de son catalogue. Pour s'armer face à Apple, le service qui a popularisé le modèle freemium (l'écoute gratuite financée par la publicité) a levé plus de 500 millions de dollars au mois de juin auprès de plusieurs investisseurs privés. Une opération qui lui a permis de doubler sa valorisation, désormais proche des 8,5 milliards de dollars, et d'impulser le développement de nouveaux outils. Aux États-Unis, le service Pandora l'a imité et propose désormais une heure d'écoute gratuite financée par le visionnage de courtes vidéos.

Après avoir vogué dans les eaux de Spotify, Deezer est désormais à la traîne. L'entreprise revendique 6 millions d'abonnements payants pour 16 millions de clients au total. Leader du marché français, le seul où elle dégage des bénéfices, elle dispose d'un partenariat porteur avec Orange qui lui apporte près d'un million d'abonnés. Cette première levée de fonds depuis trois ans doit lui permettre d'étoffer son offre et de poursuivre son développement à l'international. À l'instar de l'accord avec Orange, Deezer mise plus que jamais sur les partenariats avec les acteurs télécoms locaux pour séduire une partie de leurs abonnés. L'acquisition du service Muve Music, propriété de l'opérateur AT&T, lui a par exemple permis de glaner 2 millions de clients aux États-Unis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Internet Musique Streaming
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants