1 min de lecture Crise en Grèce

Crise en Grèce : le coup de poker d'Alexis Tsipras face aux dirigeants européens

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre grec a fait une annonce fracassante avec le référendum sur les exigences de ses créanciers. Cependant, le pays file vers le scénario catastrophe d'une sortie de l'Union européenne.

Alexis Tsipras, le premier ministre, grec tient tête aux dirigeants européens.
Alexis Tsipras, le premier ministre, grec tient tête aux dirigeants européens. Crédit : ANGELOS TZORTZINIS / AFP
Béatrice Hadjaje et La rédaction numérique de RTL

La Grèce plus que jamais au bord de la faillite et d'une sortie de la zone euro. Le divorce semble consommé. Les dirigeants européens ont décidé de suspendre leur programme d'aide après l'annonce du referendum organisé par le gouvernement d'Alexis Tsipras. Le Premier ministre invite les Grecs à dire "non" dimanche 5 juillet au plan des créanciers. Dans deux jours, la Grèce doit rembourser plus 1,5 milliard d'euros au FMI, mais ses caisses sont vides.

Selon la presse française et internationale, la Grèce, c'est fini dans l'Union européenne. Est-ce c'est vraiment le cas ? C'est le risque parce que le gouvernement grec décide de jouer gros dans une grande partie de poker. S'ils perdent cette partie, c'est la sortie de la zone euro. S'ils la gagnent, ils restent dans la zone euro. Depuis vendredi, Alexis Tsipras essaye de faire peur aux Européens. À l'heure où les bourses sont fermées pour le week-end, annonce un référendum. 

Un pari risqué

Son but est d'obtenir plus de concessions des Européens. Samedi 27 juin, à l'Eurogroupe, les ministres de la zone euro contre-attaquent et annoncent qu'ils arrêtent dès le 30 juillet tout programme d'aide financière à la Grèce. Le pays et ses banques sont donc menacés d'être à court d'argent. Comment le gouvernement grec espère-t-il survivre ? Le culotté ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis réplique alors, qu'il est prêt à reprendre les négociations et s'il obtient satisfaction. Le gouvernement grec appellera alors à voter "oui" au référendum.

Ce nouvel accord avec les Européens serait légitime souligne le ministre grec puisqu'il aurait ainsi reçu alors le soutien des électeurs grecs. Ce qui serait de nature à rassurer les Allemands. Avec le sourire Yanis Varoufakis vient donc de proposer un nouveau deal. Un pari risqué mais à suivre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise en Grèce Grèce Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants