1 min de lecture Info

Coût de l'université : "Les étudiants se retrouvent livrés à eux-mêmes", déplore le président de l'Unef

INVITÉ RTL - Emmanuel Zemmour, président du syndicat étudiant, est revenu sur l'étude sur le coût de l'université : les non-boursiers perdent 2% de pouvoir d'achat.

Emmanuel Zemmour, président de l'Unef.
Emmanuel Zemmour, président de l'Unef. Crédit : Mehdi Fedouach - AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Pour Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, le constat est clair : "75% des étudiants vont avoir une augmentation du coût de la vie", assure-t-il au micro de RTL. Le syndicat étudiant dévoile ce lundi matin son étude sur le coût de l'université, et selon ses calculs, la situation des non-boursiers devient plus précaire. Ils perdent 2% de pouvoir d'achat.

Emmanuel Zemmour le rappelle, le logement est le principal poste de dépense d'un étudiant : il représente 55% de son budget, explique-t-il. "Le coût d'un studio en région parisienne, d'un petit appartement, c'est 700 euros par mois", affirme le syndicaliste. "En plus il faut compter la taxe d'habitation, les frais de recherche du logement, la caution, l'assurance."

De 12.000 à 18.000 euros par an

Résultat : la facture grimpe très vite pour les non-boursiers, entre 12.000 et 18.000 euros par an. Certes, les frais d'inscription à l'université ne sont pas si élevés, concède Emmanuel Zemmour, mais il faut y ajouter les frais pour la Sécurité sociale, l'alimentation, les transports...

"C'est plus compliqué que les années précédentes", juge-t-il. "Jusqu'à maintenant, il fallait beaucoup compter sur la solidarité familiale pour payer ses études. Le problème c'est qu'avec la crise, on peut de moins en moins financer les études de son enfant." Et le président de l'Unef de prendre l'exemple d'un couple, au salaire médian. "S'il devait financer la totalité des études de leur enfant", affirme-t-il, cela représenterait "40% de leur budget annuel".

À lire aussi
Un hélicoptère de la gendarmerie (Illustration) drogue
Essonne : une tonne de résine de cannabis saisie

"Ça, ce n'est pas possible (...), c'est là où les étudiants se retrouvent livrés à eux-mêmes", déplore-t-il. Emmanuel Zemmour regrette que certains soient obligés de renoncer "aux soins, à la santé". De plus en plus d'étudiants seraient dans cette situation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Université Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants