2 min de lecture Économie

Construction de bateaux : Bénéteau surfe sur la vague

REPLAY - Le leader mondial des monocoques va embaucher 500 personnes sur ses chantiers en France.

Bénédicte Tassart Éco Tassart Bénédicte Tassart
>
Éco Tassart du 14 octobre 2017 Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
Journaliste RTL

Bénéteau annonce cette semaine vouloir embaucher 500 nouvelles personnes sur ses chantiers de Bordeaux, de Cholet et en Vendée. Le leader mondial des monocoques et des catamarans à voile est aussi le numéro deux dans le monde pour les hors-bords, a 25 usines sur la planète et emploie 7 000 salariés.

Bénéteau surfe sur la vague: "ça marche pour toutes les sortes de bateaux", sourit Hervé Gastinel qui dirige l'entreprise depuis deux ans maintenant. Une chance pour ce fils d'ingénieur soudeur sur les chantiers navals de Saint-Nazaire, passionné de mer, et qui possédait déjà un Bénéteau avant d'y rentrer. Et depuis, Hervé Gastinel a déménagé à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, berceau de la marque, là où est encore installé le siège social.

Car tout a commencé à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sur le quai des Greniers exactement. C'est là que Benjamin Bénéteau a installé l'un des plus anciens chantiers de construction de bateaux du monde, en 1884. Annette, sa petite-fille, a longtemps été l'une des rares femmes dirigeantes d'entreprise en France. Avec elle, le chantier naval passe des bateaux de pêche à la plaisance qui se développe dans les années 60. Et puis en 1976, c'est l'ouverture d'une filiale aux États-Unis, les Américains adorent le bateau. Deux pôles industriels y sont d'ailleurs implantés, en Caroline du Nord et dans le Michigan. Aujourd'hui, 80% du chiffre d'affaires se fait à l'extérieur de la France, souligne Hervé Gastinel, et près d'un tiers en Amérique.

À lire aussi
Une femme passe devant un magasin C&A (illustration) commerce
Fermeture de C&A : comment le marché de l'habillement se réorganise en France

38 nouveautés présentées

Bénéteau vient de présenter 38 nouveautés, avec deux axes. D'abord la technologie, le bateau connecté, pour gérer l'état des moteurs, le déclenchement de la climatisation, la musique, vérifier le niveau d'huile avant de monter à bord, sur votre smartphone. Il y a aussi le bateau autonome, qui dispose d'une sorte de Park Assist, comme pour les voitures. Le bateau sait désormais s'amarrer tout seul dans un port bondé. Et puis il y a le design avec de plus en plus de personnalisation, on peut choisir son bois, le nombre de cabines. Pour acheter un Bénéteau, il faut dépenser entre 10.000 et 10 millions d'euros, 10.000 pour un petit bateau à moteur, 10 millions pour un yacht de 30 mètres. Chaque année, ce sont quand même 10.000 bateaux qui sortent des chantiers Bénéteau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790517221
Construction de bateaux : Bénéteau surfe sur la vague
Construction de bateaux : Bénéteau surfe sur la vague
REPLAY - Le leader mondial des monocoques va embaucher 500 personnes sur ses chantiers en France.
https://www.rtl.fr/actu/conso/construction-de-bateaux-beneteau-surfe-sur-la-vague-7790517221
2017-10-14 09:46:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/GTOmar5DRRs7Il-gkTsWhg/330v220-2/online/image/2015/0828/7779537254_benedicte-tassart.jpg