1 min de lecture Banques

Comptes bancaires payants : "Une nouvelle illustration du théorème de Funès", peste Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - La BNP et la Société Générale veulent facturer la gestion des comptes courant, au nom de la sécurisation et la comptabilisation des opérations. Un argument qui ne convainc pas le journaliste.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Comptes bancaires payants : "Une nouvelle illustration du théorème de Funès", peste Éric Zemmour Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Eric Zemmour
Éric Zemmour et Loïc Farge

"Voilà une nouvelle et superbe illustration de ce qu'on pourrait appeler le théorème De Funès dans La folie des grandeurs : 'Les riches c'est fait pour être très riches ; et les pauvres, pour être très pauvres'", martèle Éric Zemmour, pour qui "les banques jouent sur du velours". Il note que "leurs clients sont coincés, ligotés, emprisonnés : on ne quitte pas aisément une banque où on a des crédits". Le journaliste rappelle que "dans les années 60, l'État a poussé tous les Français à posséder un compte bancaire", ce qui les a "contraints de troquer le bas de laine et les Pascal sous le matelas pour le compte bancaire".

"Cette masse d'argent tomba gratuitement dans l'escarcelle des banques françaises qui, en échange, tenaient les comptes de leurs clients", poursuit Éric Zemmour. Le pouvoir gaullo-pompidolien les contraignait ensuite à financer l'industrie nationale qu'ils voulaient développer. "L'argent de tous servait à la prospérité de tous. Mais ce temps-là est révolu", décrypte le journaliste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Banques Frais bancaires Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants