3 min de lecture Chômage

Chômage en baisse, croissance... Les bonnes prévisions de l'Insee pour 2016

L'Insee a publié de bons chiffres prévisionnels pour la fin de l'année 2016 confirmant une certaine reprise économique en France.

Emploi : les prévisions audacieuses du gouvernement
Emploi : les prévisions audacieuses du gouvernement Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
James Abbott
James Abbott
et AFP

Est-ce que ça va mieux ? C'est la question que se posent de nombreux Français depuis quelques semaines, quand le président de la République avait affirmé cela dans une émission face aux Français. Si l'ensemble des Français ne ressentent pas encore son effet dans leur quotidien, les chiffres montrent qu'une certaine reprise économique a débuté sur le territoire français.

Une reprise qui s'"auto-entretient", malgré un contexte social agité : l'Insee a prédit jeudi 16 juin une accélération de la croissance et un recul du chômage en 2016 en France, un scénario encourageant qui ne prend toutefois pas en compte l'hypothèse d'un Brexit. Après avoir augmenté de 1,2% en 2015, le produit intérieur brut (PIB) devrait progresser de 1,6% en 2016, estime dans sa nouvelle note de conjoncture l'Institut national de la statistique et des études économiques. 

Accélération de la croissance qui devrait atteindre 1,6% du PIB

La croissance en hausse selon les prévisions de l'Insee
La croissance en hausse selon les prévisions de l'Insee Crédit : Insee

Comme expliqué ci dessus la croissance devrait atteindre 1,6% d'ici fin 2016. L'Insee a néanmoins revu à la baisse sa prévision pour le deuxième trimestre, à +0,3% contre +0,4% anticipés jusqu'à présent, soulignant que la production manufacturière devrait être "plus atone que prévu", "en raison notamment des mouvements sociaux affectant les raffineries".

Ce résultat ne devrait toutefois pas empêcher la reprise économique de se poursuivre, après un premier trimestre particulièrement tonique, avec une hausse du PIB de 0,6%. La croissance devrait ainsi s'établir à +0,3% au troisième trimestre, puis à +0,4% au quatrième, selon l'institut statistique.

À lire aussi
Parlons-nous - Dublanche Parlons-nous
Perte d'emploi, perte d'estime de soi

La prévision de 1,6% dépasse le pronostic du gouvernement, qui table pour l'heure sur 1,5% de croissance sur l'ensemble de l'année. "Les efforts accomplis par les Français et la politique conduite par le gouvernement portent leurs fruits depuis désormais plusieurs trimestres", s'est félicité le ministre des Finances Michel Sapin dans un communiqué.

0,4 point de chômage en moins

La courbe du chômage depuis 2008 (Insee)
La courbe du chômage depuis 2008 (Insee)

Le taux de chômage devrait baisser de 0,4 point d'ici à fin 2016, pour s'établir à 9,5% de la population active en métropole et à 9,8% en incluant l'Outre-mer, selon des prévisions de l'Insee publiées jeudi. L'indicateur, qui s'est stabilisé à 9,9% au 1er trimestre en métropole, baisserait à 9,8% au 2e trimestre, à 9,6% au 3e trimestre et à 9,5% en fin d'année, selon l'Institut national de la statistique. Avec l'Outre-mer, le taux passerait de 10,2% à 10,1% au 2e trimestre, 9,9% au 3e trimestre et 9,8% en fin d'année.

Cette baisse, d'une ampleur inédite depuis 2007, découlerait d'une accélération des créations d'emplois salariés dans le secteur marchand (+139.000 postes), à la faveur d'une croissance en hausse, comme expliqué ci-dessus.

Mais le recul du chômage serait aussi dû au plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d'emploi, dont les bénéficiaires ne seront plus considérés comme des chômeurs. Ce plan ferait diminuer artificiellement le taux de 0,1 point, soit un quart de la baisse anticipée. Les prévisions sont toutefois sujettes à de forts aléas, notamment le saut dans l'inconnu que représenterait une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

En 2016, l'emploi privé serait tiré par le secteur tertiaire (+158.000) et par l'intérim (+18.000), "qui profitera au 2e trimestre des recrutements réalisés dans le cadre de l'Euro 2016 de football". La construction devrait, quant à elle, stopper l'hémorragie (-4.000 postes), après les quelque 200.000 destructions observées depuis la crise de 2008. Au total, tous secteurs confondus (marchand, non marchand, agricole et non salarié), l'emploi devrait augmenter de 210.000 postes en 2016.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Croissance Insee
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants