5 min de lecture Chômage

Chômage, croissance, pouvoir d'achat... Notre économie se porte-t-elle mieux depuis l'élection de François Hollande ?

FACT-CHECKING / INFOGRAPHIES - Selon Julien Dray, l'économie française ne s'est jamais aussi bien portée. Le pouvoir en place a récupéré le pays après un quinquennat marqué par une crise économique et financière mondiale. La situation s'est-elle réellement rétablie ?

Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy", le 15 mars 2013
Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy", le 15 mars 2013 Crédit : AFP / FRED DUFOUR
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro dimanche 27 mars, Julien Dray, conseiller régional du Parti socialiste en Île-de-France, a déclaré que "jamais l'économie française ne s'est portée comme elle se porte. On nous disait incapable de réduire le déficit, on est au-delà de nos espérances (3,5% du PIB au lieu de 3,8% prévus, ndlr), nous sommes au-delà de nos espérances en matière de maîtrise de nos dépenses publiques, en matière de croissance".

Cette déclaration est-elle fondée alors que le taux de chômage bat des records et que, dans un sondage publié en septembre 2015, les Français estimaient à 51% que leur pouvoir d'achat a baissé au cours des douze derniers mois ? Indicateur après indicateur, nous avons vérifié l'état de notre économie avec Philippe Waechter et Marc Touati, deux économistes avertis respectivement directeur de la recherche économique chez Natixis Asset Management et maître de conférence à Science Po Paris.

600.000 chômeurs de plus depuis l'arrivée de François Hollande

Les derniers chiffres du chômage ont été publiés le 24 mars dernier. Après la légère baisse du nombre de demandeurs d'emploi enregistrée en janvier 2016 (-8.000), la courbe est repartie à la hausse en février. Près de 39.000 chômeurs de catégorie A supplémentaires ont été comptabilisés. Ils sont 600.000 chômeurs de plus depuis le début du mandat de François Hollande, en 2012. Les Français ont naturellement du mal à observer l'amélioration de l'état de l'économie promise par le chef de l'État et ses soutiens depuis des mois. Jamais, le chômage n'avait atteint de telles proportions. Contacté par RTL.fr, l'économiste Marc Touati est catégorique : "Quand vous faîtes une croissance de 1,2% une fois, cela ne permet pas d'inverser la tendance du chômage."

À lire aussi
Pôle emploi (illustration) emploi
Pôle Emploi s'inspire de "The Voice" pour ses recrutements et crée la polémique

De son côté, l'économiste Philippe Waechter, joint lui aussi par RTL.fr, signale d'abord que "82.300 emplois ont été créés dans le secteur marchand (hors administrations et agriculture) en 2015". C'est la première fois que des emplois sont créés depuis 2011. "Le taux de chômage mesuré par l'Insee "n'augmente plus en France métropolitaine (10,1%)", précise-t-il. Toutefois, l'inflexion sur le taux de chômage n'est pas suffisamment forte pour que ce soit satisfaisant, poursuit-il. Le chiffre de l'Insee, avancé par l'économiste, pourrait servir les intérêts de François Hollande qui a conditionné, à plusieurs reprises, sa candidature à une baisse du taux de chômage.

Au point mort jusqu'en 2014, la croissance décolle mais pour combien de temps ?

À l'inverse du chômage, la croissance économique va, elle, un peu mieux. Elle atteint 1,2% en 2015. La croissance n'était jamais parvenue à prendre un envol aussi important depuis l'arrivée de François Hollande à l'Élysée. "Globalement, on était dans une phase de croissance très lente jusqu'en 2014. Le mouvement s'est amplifié en 2015", commente Philippe Waechter. S'il reste prudent et précise qu'aucun lien de causalité n'a été avéré, l'économiste pense que "la mise en place du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE) en 2013 et du Pacte de responsabilité en 2014 ont eu des effets positifs sur la croissance économique. Il va falloir maintenant le vérifier dans la durée". Au premier trimestre 2016, la croissance du PIB a atteint 0,5% contre 0,4% attendus par le gouvernement. "Notre action porte ses fruits", se réjouit Michel Sapin.

Marc Touati est un peu moins enthousiaste. "On n'a jamais eu autant de croissance depuis 2012. Mais on part de tellement loin. Nous sommes seulement à 1,2% de croissance. C'est une croissance molle, on aurait pu faire bien plus. Ce sont les baisses du coût des matières premières et de l'euro, le coup de pouce de la Banque centrale européenne, qui ont permis d'atteindre un tel résultat".

Le pouvoir d'achat des Français est en hausse mais les prix baissent

Contrairement à ce que les Français peuvent penser, leur pouvoir d'achat a augmenté en 2015. Marc Touati a une explication rationnelle : "Si les Français gagnent du pouvoir d'achat, ce n'est pas grâce à une hausse de leurs revenus. Ce sont les prix qui baissent. Sur le court terme, c'est bien mais cette baisse des prix a des effets négatifs. En effet, elle entraîne une baisse de chiffre d'affaires et des profits des entreprises. Qui dit baisse des profits, dit moins d'emplois et donc plus de chômage. Cela peut être dangereux."

Un déficit meilleur que prévu

C'est l'une des heureuses surprises économiques de ce mois de mars. Au lendemain de la publication des mauvais chiffres du chômage, on apprenait que le déficit public de la France était moins catastrophique que prévu. En 2015, il s'établissait à 3,5% du PIB au lieu des 3,8% imaginés par le scénario de Bercy. Ce chiffre reste toutefois éloigné des "critères de convergence" fixés par l'Europe. Le traité de Maastricht de 1992 contraint les États membres à afficher un déficit inférieur à 3%.

La dette continue de se creuser

La dette a atteint 2.097 milliards d'euros à la fin de l'année 2015, soit 95,7% du PIB. Elle était de 95,3% du PIB à la fin de l'année 2014. La dette publique continue en effet d'augmenter tant que les comptes publics sont déficitaires, puisqu'il faut chaque année emprunter pour boucler les budgets. En 2015 déjà, Christian Menanteau, éditorialiste de RTL, tirait la sonnette d'alarme. "Il faudrait contenir le déficit à 1,5% (il était de 4%, ndlr) et muscler la croissance (elle était prévue à 1% en 2015 ; il la faudrait aux alentours de 3%). Ce sont deux conditions incontournables pour que notre dette, qui est de 30.000 euros par habitant, retrouve son niveau d'il y a dix ans, quand elle ne dépassait pas 15.300 euros par Français." 

Des raisons d'espérer en 2016 ?

Si certains indicateurs sont meilleurs que prévus, Marc Touati ne lie pas l'année 2016 à la reprise. "Les dernières enquêtes de conjoncture montrent que la croissance va repartir à la baisse dans les prochains moins, dès le prochain trimestre. Je pense que l'on sera sous la barre des 1% de croissance à la fin de l'année 2016, aux alentours de 0,7% (alors que le gouvernement table sur 1,5%)." Pour l'auteur de Guérir la France : une thérapie de choc, "il manque la confiance, il y a encore trop d'impôts et le coût du travail est trop élevé. D'un point de vue structurel, notre économie reste fragile", termine celui pour qui le CICE et la loi Macron sont des "Doliprane". 

Philippe Waechter se montre plus enthousiaste. S'il reconnaît que "l'impulsion de la croissance n'est pas suffisante, le taux de marge des entreprises, facteur de réduction de l'incertitude ambiante, s'améliore." Une analyse que partage Mathieu Plane de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). "L’économie française aborde 2016 avec des marges d’entreprises nettement redressées et un taux d’épargne élevé, ce qui est bon pour l’investissement et la consommation", explique l'économiste dans les colonnes du journal Le Monde

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Dette Déficit
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782578440
Chômage, croissance, pouvoir d'achat... Notre économie se porte-t-elle mieux depuis l'élection de François Hollande ?
Chômage, croissance, pouvoir d'achat... Notre économie se porte-t-elle mieux depuis l'élection de François Hollande ?
FACT-CHECKING / INFOGRAPHIES - Selon Julien Dray, l'économie française ne s'est jamais aussi bien portée. Le pouvoir en place a récupéré le pays après un quinquennat marqué par une crise économique et financière mondiale. La situation s'est-elle réellement rétablie ?
https://www.rtl.fr/actu/conso/chomage-croissance-pouvoir-d-achat-notre-economie-se-porte-t-elle-mieux-depuis-l-election-de-francois-hollande-7782578440
2016-03-30 09:08:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8ja7-4hxj0PvhhZg7wWRYA/330v220-2/online/image/2015/0909/7779657982_le-ministere-de-l-economie-et-des-finances-communement-appele-bercy-le-15-mars-2013.jpg