2 min de lecture Auto

Carlos Ghosn : "Pas de fatalité" à la désindustrialisation

GRAND JURY RTL - Carlos Ghosn a évoqué dimanche les hausses d'emplois que le groupe Renault-Nissan envisage de faire d'ici 2017, notamment "15%" dans les activités de production.

Carlos Ghosn, le 16 février 2014
Carlos Ghosn, le 16 février 2014 Crédit : RTL
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Jérôme Chapuis

Face aux difficultés de l'industrie française, et en particulier celles du secteur automobile, Carlos Ghosn ne veut pas baisser les bras. "Il n'y a pas de fatalité" à la désindustrialisation, a affirmé le PDG de Renault-Nissan lors du Grand Jury RTL, dimanche 16 janvier.

Pas de fatalité, mais "des conditions" à l'amélioration du marché de l'emploi dans le secteur, a-t-il poursuivi. "Il faut agir là-dessus. Une fois que nous aurons créé ces conditions, il n'y a aucun problème à ce qu'il y ait un redémarrage de la production automobile en France". Renault s'est d'ailleurs engagé à produire 710.000 véhicules sur le territoire français par an à horizon 2017, contre 500.000 actuellement.

Hausse de 15% des effectifs de production en 3 ans

Un effort sur la production essentiellement "pour vendre en Europe", qu'il cible comme le marché à reconquérir - "à partir des usines françaises", précise-t-il. Pour cela, Renault va être "obligé d'embaucher, sur tous les sites qui vont connaître une évolution", dit-il.
Et si le PDG se refuse à donner un chiffre précis des embauches nécessaires à cette hausse de l'activité des chaînes de montage, il évoque une augmentation des effectifs de "15% dans les activités de production" d'ici 3 ans.

La production du secteur automobile "est à son plus bas niveau depuis 20 ans, a-t-il rappelé. Quelque part, on peut penser qu'on ne peut aller que de l'avant."

À lire aussi
Des pompes à carburants (illustration) consommation
Hausse du prix des carburants : comment trouver la station la moins chère ?

Carlos Ghosn a d'ailleurs manifester sa volonté produire et embaucher en France et cela "pour les voitures de la gamme Renault qui marchent bien aujourd'hui : la Renault 4, la Captur, la Twingo, ou encore l'Espace qui sera faite à Douai (...), il y a beaucoup de produits que l'on produit en France".
 
A savoir si les voitures devaient être produites en France ou à l'étranger, le PDG du groupe Renault-Nissan a estimé que l'essentiel se trouvait plutôt sur "la charge de travail globale". "On ne se désengage pas du tout de la France, au contraire. On est en train de se ré-engager en France sur la base d'un accord de compétitivité" signé en 2013 entre la direction et les syndicats, a-t-il argumenté.

>
Le Grand Jury du 16 février 2014 - Carlos Ghosn - 1ere partie Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Carlos Ghosn Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769760550
Carlos Ghosn : "Pas de fatalité" à la désindustrialisation
Carlos Ghosn : "Pas de fatalité" à la désindustrialisation
GRAND JURY RTL - Carlos Ghosn a évoqué dimanche les hausses d'emplois que le groupe Renault-Nissan envisage de faire d'ici 2017, notamment "15%" dans les activités de production.
https://www.rtl.fr/actu/conso/carlos-ghosn-pas-de-fatalite-a-la-desindustrialisation-7769760550
2014-02-16 19:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/5w_86DPsSY4bVroBZaAk4w/330v220-2/online/image/2014/0216/7769760575_carlos-ghosn-le-16-fevrier-2014.jpg