3 min de lecture Bourse

Bourse : Apple évite la débâcle grâce à un simple mail

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - En pleine tempête boursière, le directeur général de la marque à la pomme a envoyé lundi 24 août un courriel qui a évité à son groupe de perdre 70 milliards de dollars de valeurs sur les marchés financiers.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Bourse : Apple évite la débâcle grâce à un simple mail Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Un krach de plus de 5% à la bourse de Paris lundi 24 août. Une forte reprise de +4,1% le lendemain ? Les boursiers seraient-ils devenus fous, à faire exactement le contraire de ce qu'ils ont fait la veille ? Une histoire incroyable illustre la situation. Elle s'est passée en début de semaine à New York. Apple, le constructeur informatique, était pris dans le krach, comme toutes les autres valeurs américaines, et perdait plus de 13% en début de séance.

Son patron, Tim Cook, a alors envoyé un mail à une chaîne d'info boursière, avec des propos rassurants sur ses ventes en Chine. Ce simple courriel d'une centaine de mots, sans aucun chiffre, a été publié par la chaîne de télévision. Cela a suffi à faire monter le cours d'Apple de plus de 10%. En quelques minutes, la valeur d'Apple a progressé de près de 70 milliards d'euros. Cela représente 35 fois la valeur d'Air France, pour quelques mots de Tim Cook. Tout cela n'a plus aucun sens. On est dans la sur-réaction permanente. L'hystérie, même.

Des ordinateurs plus moutonniers que les boursiers

Comment expliquer la volatilité extrême des boursiers ? D'abord par le fait que ce sont des ordinateurs qui font maintenant plus de la moitié des transactions boursières, avec des programmes qui leur commandent de vendre ou d'acheter en fonction de l'info qu'on leur transmet. Les machines sont encore plus bêtes que les boursiers. Encore plus moutonnières, au moins.

Ensuite, il y a le fait que les banques et les compagnies d'assurance du monde entier détiennent moins d'actions qu'avant. La réglementation post-crise financière le leur interdit. Or, ces investisseurs étaient des actionnaires de long terme, qui ne vendaient pas facilement, et qui stabilisaient le marché. Ils ont été remplacés par des fonds d'investissement qui cherchent le rendement à court terme pour leurs clients.

À lire aussi
Le président américain Donald Trump, le 18 mai 2019. économie
L'Amérique "a enfin pris conscience de la volonté de puissance chinoise", dit Lenglet

Il va falloir s'habituer à ces fortes variations. D'autant que tous les marchés du monde sont gonflés artificiellement par les grandes banques centrales, aux États-Unis, dans la Zone euro, au Japon, en Chine et au Royaume-Uni. Les cinq plus grandes économies du monde ont des taux d'intérêts très bas. Cela n'est jamais arrivé. Cela s'explique bien sûr par la crise qu'il a fallu combattre. Ces soldes permanents sur l'argent permettent aux boursiers de s'endetter pour acheter des titres.

En plus, ces banques centrales achètent elles-mêmes des titres financiers sur les marchés. Les autorités monétaires ont jeté non pas des milliards, mais des milliers de milliards d'euros sur les marchés depuis la crise. Du coup, l'édifice est fragile. Les boursiers sont comme drogués. S'ils n'ont pas leur dose d'argent frais, ils dépriment au moindre choc.

Effets secondaires

Cet argent a été créé ex nihilo par les banques centrales qui seules ont ce pouvoir. Elles ont le monopole de l'émission de la monnaie. Il suffit qu'elles rajoutent quelques zéros à leur compte en banque pour faire leurs emplettes. L'idée était que si on aidait la bourse, on redonnait confiance aux investisseurs et que l'économie mondiale allait repartir.

Cela a fonctionné en partie aux États-Unis et en Angleterre. Mais c'est comme un traitement médical qui aurait des effets secondaires considérables. D'abord parce que finalement, cela rend les marchés financiers plus volatils, plus vulnérables. Et ensuite parce qu'on détruit peu à peu la valeur même de l'argent, en en créant ainsi massivement.

Le risque est de voir, à terme, une crise de confiance généralisée dans le système monétaire mondial, devant une crise aiguë d'inflation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bourse Finances Chine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants