1 min de lecture Polémique

Bonheur : "On a des raisons d'être ronchons", lance Isabelle Saporta

BILLET - Pour Isabelle Saporta, il est temps d'en finir avec la dictature du bonheur. Oui, on a le droit d'être de mauvais poil.

Isabelle Saporta C'est Comme ça Isabelle Saporta
>
Bonheur : "On a des raisons d'être ronchons", lance Isabelle Saporta Crédit Image : Nicolas Gouhier / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Saporta
Isabelle Saporta

J’ai le droit d’être de mauvais poil, de râler et de me sentir mal dans mes pompes. C’est la sociologue Eva Illouz qui, dans son essai Happycratie, nous conjure de disperser façon puzzle la tyrannie du bonheur.

Terminé de se battre la coulpe à chaque publication du World Happiness Report qui nous explique doctement que nous les Français, on serait moins heureux que les Emiratis et les Tchèques réunis ! La sociologue nous montre à quel point ces classements sont une fumisterie qui s’appuie sur la psychologie positive inventée aux États-Unis par Martin Seligman. 

Psychologie de bazar qui fait tout reposer sur les épaules de l’individu. Soit il est apte au bonheur, et il va réussir sa vie. Soit ce n’est pas le cas, et tant pis pour lui. Du coup, assez vite, cette pseudo science est devenue l’alliée objective du libéralisme économique… Et de la réduction drastiques des politiques publiques protectrices. 

À lire aussi
Donald Trump face à la presse le 5 septembre 2018 à Washington États-Unis
Donald Trump : son aptitude à gouverner de nouveau mise en doute

On a le droit et même le devoir de continuer à râler

Isabelle Saporta
Partager la citation

Les Américains ont ainsi investi des dizaines de millions de dollars  pour que cette nouvelle idéologie se répande un peu partout dans le monde. Et les multinationales y sont, elles aussi allées de leurs happiness institutes

Cette façon de voir les choses, ça revient à déposer sur les épaules du chômeur, du précaire, du malade, du retraité qui ne s’en sort pas, le fardeau de son malheur. Du coup, j’ai eu envie de relire l’économiste Joseph Stiglitz qui, lui, nous explique qu’on a des raisons d’être ronchons et que les revenus des 1% les plus riches n’ont cessé d’augmenter ces quarante dernières années, tandis que ceux des 90% les plus pauvres ont stagné. 

J’ai aussi regardé les chiffres d’AlterEco nous disant que 34,1% des effectifs universitaires sont des enfants de cadres contre 11,7% d’enfants d’ouvriers. Et je me suis dit, qu’on avait le droit et même le devoir, nous autres les Gaulois réfractaires de continuer à râler ! Réjouissons-nous, car ça veut dire que pour nous, la solidarité ça veut encore dire quelque chose. C’est comme ça. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Bonheur Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794751712
Bonheur : "On a des raisons d'être ronchons", lance Isabelle Saporta
Bonheur : "On a des raisons d'être ronchons", lance Isabelle Saporta
BILLET - Pour Isabelle Saporta, il est temps d'en finir avec la dictature du bonheur. Oui, on a le droit d'être de mauvais poil.
https://www.rtl.fr/actu/conso/bonheur-on-a-des-raisons-d-etre-ronchons-lance-isabelle-saporta-7794751712
2018-09-12 13:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pSXeZBRnxJTl8U_CwemUvQ/330v220-2/online/image/2018/0824/7794522112_isabelle-saporta.jpg