2 min de lecture Covoiturage

BlaBlaCar est le leader européen incontesté du covoiturage

REPLAY / ÉDITO - L'entreprise de covoiturage BlaBlaCar s'est emparée de Carpooling et AutoHop. Grâce à ces rachats, elle détient 90% de part du marché européen.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
BlaBlaCar est le leader européen incontesté du covoiturage Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

BlaBlaCar, la jeune entreprise française de covoiturage, vient de racheter coup sur coup son grand concurrent allemand et un autre hongrois. C’est la petite fleur qui vient éclairer le cimetière des éléphants où gisent désormais les Alcatel ou les MoryGlobal. En croquant ces deux concurrents, la jeune pousse parisienne est désormais le n°1 européen incontesté du covoiturage. Dans des proportions spectaculaires puisque BlaBlaCar va contrôler 90% des marchés français, allemands, italiens et espagnols.

À la fin de l’année, 20 millions d’Européens se seront baladés de Brest à Zagreb et d’Amsterdam à Séville grâce à son service de covoiturage. Sauf accident de parcours, nous assistons à l’éclosion d’un potentiel leader mondial. 

BlaBlaCar évolue dans ce que les spécialistes appellent l’économie collaborative ou de partage. Pour s’y faire une place, il n’y a qu’une règle : grossir à fond la caisse sans s’occuper de la rentabilité. Il s’agit d’imposer ses règles, sa marque, de saturer le plus d’espace possible avant que la concurrence ait le temps de s’organiser.

Pour réussir ce type de hold-up, il faut de l’argent. C’est fait : BlaBlaCar vient de récolter 100 millions d'euros de cash.

À la frontière de l'économie grise

À lire aussi
Trains de la SNCF, gare de l'est, Paris SNCF
Mouvement des cheminots : la SNCF investit dans les transports alternatifs

Il faut une bonne maîtrise d’internet et des logiciels de mise en relation. Là encore BlaBlaCar et ses ingénieurs cochent la case. Ensuite il faut jouer global et pas local. BlaBlaCar est en train de prospecter le sous-continent indien et le Brésil. Enfin, il faut répondre, c’est l’essentiel, à une demande de masse. La crise économique, la stagnation du pouvoir d'achat et les nouvelles aspirations des consommateurs se combinent pour la créer. Uber et ses taxis ou Airbnb et ses meublés en sont les meilleures preuves.
Ces nouvelles entreprises sont-elles les grandes sociétés du futur ? Je ne voudrais pas passer pour un rabat-joie, mais aussi fascinant que soient ces nouveaux modèles, ce sont des bonsaï économiques. BlaBlaCar, qui aiguillonne très utilement la SNCF sur les trajets de 2 à 4 heures, tourne avec 260 personnes, une centaine de mètres carrés de bureaux et des serveurs informatiques. Pas d’immobilier, pas de véhicules, pas d’assurance, pas de taxes diverses.
Ces boîtes sont malicieuses, ingénieuses, agiles, souvent même sympathique. Mais on est à la frontière de l’économie grise. Ce n’est pas avec elles que l’on va structurer nos économies. UberPOP c’est Goldman Sachs qui vous encourage à faire le taxi pour boucler vos fins de mois parce que la fiche de salaire de votre job est trop maigre. Ces modèles ne rempliront pas les vides que vont laisser Alstom, Alcatel, MoryGlobal ou Doux. 

Le repère du jour

Le gouvernement cherche 5 milliards d'économies pour boucler le Budget 2016. État, Sécu,  et collectivités territoriales devront faire un effort.

La note du jour

14/20 à Xavier Niel. Le patron de Free est l'investisseur personnel le plus actif de France. Il a misé 35 millions sur 230 start-up depuis 2010.

RTL vous recommande
Lire la suite
Covoiturage Europe Rachat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants