3 min de lecture Baccalauréat

Baccalauréat : 98% des candidats pensent qu'ils l'auront

EXCLU - Deux mois avant le bac, un sondage exclusif RTL-IPSOS-CGI, réalisé avec le journal "Le Monde" et la "Maif", dresse un état des lieux des perceptions des Français envers cette épreuve phare, créée en 1808.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et La rédaction de RTL

Le 17 juin, 700.000 candidats passeront le bac. A quelques semaines de l'épreuve, RTL, en association avec le journal "Le Monde" et la Maif, vous révèle ce mercredi matin les résultats d'un sondage IPSOS-CGI inédit sur cette épreuve. Pour la première fois, élèves, parents et enseignants ont été interrogés. Le sondage présente leurs différents points de vue de façon transversale.

Des élèves optimistes

Premier enseignement : plus des 2/3 des élèves de Terminale sont confiants. Au jeu des pronostics, ils sont 98% des candidats à penser qu'ils l'auront et 96% des parents. Des estimations optimistes supérieurs à la réalité : l'an dernier, sur les 703 059 candidats, 89,6% l'ont eu en bac général, 83,4% au bac techno et 78,2% au bac pro.

Des parents moyennement stressés

Bien qu'optimistes, ils sont 65% à se déclarer "plutôt stressé(s)". Fait surprenant : les professeurs sont plus angoissés que les parents (63% contre 53%). Peut-être parce que les parents ont confiance en leur progéniture... et en eux-mêmes. Ils sont 80% à estimer être une source d'encouragement pour leurs enfants. Un encouragement qu'ils manifestent, majoritairement, en s'occupant de leur cadre de vie : repas, linge... (67%). Pourtant, 26% des élèves voient leurs parents comme une source d'angoisse.

>
Reportage dans la famille d'un candidat Crédit Média : Camille Crosnier | Durée : | Date :

Des révisions tardives

Est-ce par excès d'optimisme ? 70% des candidats ne commenceront à réviser qu'à Pâques, soit deux mois avant les épreuves. D'ailleurs, les parents semblent faire un peu trop confiance à leurs enfants : 62% pensent qu'ils ont déjà commencé à réviser. En réalité, ils sont 57%. Notons que 7% ne se plongent dans leurs leçons qu'une semaine seulement avant l'examen... et 1% la veille.

Des enseignants qui minimisent leur influence

À lire aussi
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale. coronavirus
Coronavirus : l'oral du bac de Français est annulé, annonce Jean-Michel Blanquer

64% des élèves pensent que leurs enseignants les préparent assez bien au bac, 11% très bien. Mais les professeurs ne veulent pas être tenus pour responsables de l'échec de leurs élèves. 89% d'entre eux estiment que le facteur de réussite au Baccalauréat est avant tout l'élève. D'ailleurs, ils sont 84% à penser que leur mission principale est de transmettre le savoir, pas de faire avoir le bac à leurs élèves. Pourtant, ils se sentent majoritairement (72%) jugés en fonction des résultats de leur classe au bac.

>
"Une vache, on n'en fait pas une championne olympique", selon Frédéric Gauvrit, professeur d'histoire-géographie Crédit Média : Camille Crosnier | Durée : | Date :

Un bac qui a moins de valeur

Enfin, tout le monde est d'accord pour dire que le bac a moins de valeur aujourd'hui qu'il y a vingt ans (entre 81 et 87%). Pour 80% des sondés, il est plus facile de l'obtenir aujourd'hui.

Ainsi, sur la nature de l'examen, 85% des candidats et des parents, et 60% des professeurs, pensent que l'examen doit être transformé. Pire : 1/4 des élèves et parents et 9% des professeurs pensent qu'il faut en revoir totalement la copie en transformant intégralement l'épreuve.

Une étape importante dans la vie de famille

D'une manière générale, ce sondage montre que le bac est un moment crucial de la vie des candidats comme pour sa famille. 66% des enfants en parlent "dans le calme" avec leurs parents et 30% avec quelques tensions.

>
Le bac, un moment crucial pour la famille, selon Brice Teinturier, directeur général de l'IPSOS. Crédit Média : Camille Crosnier | Durée : | Date :

Tout le monde s'implique et les parents se souviennent tous de leur bac. Un phénomène puissant dans la vie de la Nation. Même si 49% des sondés estiment que le clivage entre les élèves issus de milieu favorisé et ceux issus de milieu modeste s'est accentué.

Lire la suite
Baccalauréat Info Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants