2 min de lecture Informatique

Aurélie Jean veut inciter les jeunes filles à se mettre au codage informatique

REPLAY - Cette jeune française est chercheuse en biomécanique numérique au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Elle souhaite accompagner les jeunes filles dans la découverte de cette pratique numérique méconnue.

Bénédicte Tassart L'éco 2.0 Bénédicte Tassart iTunes RSS
>
Aurélie Jean veut inciter les jeunes filles à se mettre au codage informatique Crédit Image : Bénédicte Tassart | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
et La rédaction numérique de RTL

Aurélie Jean est une femme du numérique. Cette jeune française vit aux États-Unis et travaille au très prestigieux MIT de Boston où elle fait du codage de données informatiques appliquées à la recherche scientifique. "Je développe des modèles mathématiques que j’implémente dans mon système de calcul pour simuler la déformation des tissus humains, et en particulier le cœur et le cerveau principalement" lorsqu'ils sont soumis à des chocs, explique cette programmatrice. 

L'objectif des recherches de son institut est d'analyser les effets d'un choc et les traumatismes qu'il peut générer. "Je regarde comment le tissu humain va se déformer lorsque la tête est impactée. On peut avoir des applications diverses : pour le football américain, le ski, l'armée aussi. (...) Avec ma simulation, on est capable de voir quelles sont les pressions au sein du cerveau à différents endroits, on a des critères de trauma crânien et on sait à quel niveau de pression on peut avoir un trauma et en fonction de la location dans le cerveau, on a une idée de quelles zones vont être endommagées", détaille Aurélie Jean.

Devenir une tutrice pour les jeunes filles

Si Aurélie Jean réussit sa carrière professionnelle, elle souhaite aussi partager son expérience et expliquer aux jeunes françaises en quoi consiste son métier. "Coder cela veut dire écrire des lignes dans un langage informatique et ce bout de texte va être interprété par un ordinateur pour exécuter plusieurs tâches définies par le programmeur. À plus grande échelle, on parle de logiciel", précise-t-elle.

Aurélie estime que sa filière est "excitante" et "pleine d'opportunités" et veut inviter ses compatriotes à s'essayer à ce secteur du numérique à l'image très masculine. "On imagine le codeur un peu geek et c'est un peu dommage car je n'en connais pas beaucoup, moi je connais des gens super sympas", lance la jeune femme avant d'avancer ses arguments : "il y a plein de jobs dans ce corps de métier et il y en aura de plus en plus puisque le code va s'imprégner dans toutes les disciplines. Le deuxième argument c'est qu'on est bien payé."

À lire aussi
Des étudiants de l'Université de Nanterre devant leur ordinateur (Illustration) enseignement
Éducation : le tout-numérique agit-il au détriment du savoir ?

La programmatrice demande aussi aux autres "codeuses" de jouer ce rôle de tutrice pour inciter les jeunes françaises à se lancer dans l'aventure. "Mon but dans la vie c'est d'inspirer les jeunes filles à coder", conclut Aurélie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Informatique Internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants