2 min de lecture Multinationales

Attentats à Paris : retour à l'envoyeur pour les grandes firmes américaines

REPLAY / ÉDITO - Trois multinationales américaines - Starbucks, Facebook et Apple - déchaînent la colère des internautes français parce qu'elles nous adressent un message de soutien après les attentats.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Attentats à Paris : retour à l'envoyeur pour les grandes firmes américaines Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : François Lenglet | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Ces grandes marques américaine ont voulu témoigner de leur solidarité à la France après les attentats du 13 novembre. C'est le cas d'Apple, qui décline sa fameuse pomme en bleu banc rouge tout en reprenant la devise de la République (liberté, égalité, fraternité). Starbucks, le vendeur de café, a posté un message de son compte Twitter, tandis que le fondateur du réseau social Facebook, Mark Zuckerberg, avait mis la photo de son profil aux couleurs françaises. Idem pour le libraire Amazon ou l'éditeur de logiciel Microsoft. Assez rapidement, internautes et utilisateurs de Twitter ont pris la mouche en répondant à ces firmes américaines : "Merci, mais la solidarité, c'est de payer ses impôts en France". Autrement dit : "commencez par vous acquitter de vos obligations citoyennes, c'est-à-dire contribuer à la bonne marche de l'État, au lieu d'éviter l'impôt, avec des pratiques certes légales mais moralement contestables".

Bonne conscience à bon compte

Les montants d'impôt payés par ces entreprises représentent des sommes très faibles. Elles utilisent en fait la législation européenne pour contourner l'impôt national. Elles domicilient leur activité principale en Irlande le plus souvent, ou au Luxembourg, et elles négocient avec ces pays des taux d'imposition ridicules. Selon un rapport du sénat américain, Apple serait ainsi taxé à moins de 2% sur ses bénéfices réalisés en Europe, alors que c'est l'une des sociétés les plus rentables du monde. Elle disposerait, par exemple, de 180 milliards de dollars, sur des comptes bancaires dans les paradis fiscaux, alimentés par ces bénéfices non taxés.

Starbucks affiche une très légère perte pour son activité en France. Mais c'est une perte artificielle, obtenue grâce à l'un de ces montages européens, qui lui permet de ne pas payer d'impôts en France. Les internautes leur reprochent donc de s'acheter une bonne conscience à bon compte.

Cette opération de communication pourrait être, au fond, contre-productive.
S'il y a une telle incohérence dans l'image d'une entreprise, cela peut être très coûteux. Souvenez vous de Nike, l'un des leaders mondiaux de la basket, qui faisait la promotion des valeurs morales du sport. On on a découvert, il y a vingt ans, que les produits étaient fabriqués, à l'époque, dans des ateliers asiatiques où les droits de la personne et du salarié n'étaient pas respectés.

Les citoyens en vigie

Lorsque le consommateur découvre ainsi les arrière-cuisines de l'entreprise, il peut s'en détourner durablement. Cela contraint l'entreprise à modifier ses pratiques. Jusqu'ici, cela concernait surtout le champ social, ou environnemental. Il y a désormais aussi le fiscal. C'est bien sûr à la crise économique qu'on le doit. Elle a fait augmenter les impôts pour tous les contribuables, augmentant la sensibilité sur ce chapitre.

À lire aussi
Des bouteilles en plastique compactées dans le centre de traitement des déchets recyclables de Bègles (2008) environnement
Déchets plastiques : quelles sont les entreprises qui polluent le plus ?

Y a-t-il une chance pour que cette pression fasse changer Starbucks ou Apple ? On observe que le climat change un peu pour ces entreprises. Auparavant personne ne trouvait à redire à tout cela, on ne le savait même pas. Aujourd'hui, les citoyens s'en alarment, et les gouvernements également. Aux États-Unis, qui sont les premières victimes de cette évasion fiscale, Barack Obama fait sur ce sujet, comme sur tous les autres, il parle beaucoup mais ne fait pas grand chose. Mais en Europe, la Commission européenne a déjà condamné Starbucks et Fiat. Une enquête est en cours sur Apple et Amazon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Multinationales Attentats à Paris Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants