2 min de lecture Areva

Areva devrait supprimer 3.500 postes en France

En grande difficulté, le spécialiste du nucléaire pourrait supprimer 10% de ses effectifs en France dans le cadre de son plan de restructuration, annonce "Le Figaro".

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Areva devrait supprimer 3.500 postes Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date : La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

En mars dernier, quand Areva avait présenté ses résultats, on avait pu mesurer l'ampleur des difficultés du spécialiste du nucléaire en France. Le groupe, qui a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros l'an dernier, avait annoncé un plan d'économies d'un milliard d'euros d'ici 2017.

Une réunion avec les syndicats, initialement prévue mercredi, se tiendra ce jeudi 7 mai. Elle doit porter sur "l'application du plan de compétitivité" annoncé par Areva début mars, a expliqué mercredi une source ayant connaissance du dossier. Si le groupe souligne que l'amélioration de sa politique d'achats et de sa productivité constitent d'importants leviers d'économies, des suppressions d'emplois seront sans doute difficiles à éviter.

"Des suppressions de postes sont à l'agenda, chiffrées par un proche du dossier autour de 3.500" en France, écrit Le Figaro jeudi, précisant qu'il s'agit d'une "première pour le groupe en France, qu'il espère pouvoir mener sans départs contraints". Dès lundi, le quotidien évoquait la suppression de 1.000 à 4.000 emplois dans l'Hexagone, alors qu'un responsable syndical, contacté par l'AFP, évoquait des suppressions de postes qui pourraient être "de l'ordre de 2.500". 

Réduction des frais de personnel

De son côté, le groupe annonce viser une réduction de ses frais de personnel de l'ordre de 15% en France et de 18% dans le monde d'ici 2017. Mais l'impact précis sur l'emploi n'est pas encore fixé. 

À lire aussi
L'EPR de Flamanville devait commencer à produire de l'électricité en 2012 nucléaire
Nucléaire : 4 questions pour tout comprendre à l'EPR

"L'atteinte de cet objectif reposera sur différents leviers : l'emploi, la rémunération, l'organisation de la production et du temps de travail", a indiqué le groupe dans un communiqué jeudi. Areva précise que "l'impact précis en terme d'emploi fera l'objet de discussions avec les organisations syndicales et dépendra des économies obtenues sur chacun des autres leviers". 

Des perspectives en Chine

Areva a mal diversifié ses activités, notamment dans les énergies renouvelables. Autre domaine pointé du doigt ? L'acquisition de mines d'uranium en Afrique, dont l'intérêt n'est pas prouvé. 

Cela dit, Areva n'est pas en faillite. Le groupe, détenu à près de 87% par des capitaux publics, emploie aujourd'hui environ 45.000 personnes dans le monde, dont 30.000 en France et il a 47 milliards de commandes en attente, avec de solides perspectives en Chine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Areva Économie Suppression d'emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants