1 min de lecture International

Wall Street s'effondre dans le sillage des Bourses européennes

Les Bourses mondiales, gagnées par la panique après la dégradation de la note de crédit des Etats-Unis, ont dévissé lundi en dépit de la mobilisation générale des dirigeants politiques et des banquiers centraux de la planète pour tenter d'éteindre l'incendie. Après les premiers échanges marqués par une forte volatilité, la panique a rattrapé les investisseurs sur les deux rives de l'Atlantique. On reste toutefois loin d'un krach comparable à celui qui avait suivi la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008. "Les investisseurs ont de plus en plus l'impression que l'on va au-delà de la crise financière, vers un risque systémique, et cela auto-entretient le vent de panique qui souffle sur les marchés", a résumé Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse, parlant d'un "scénario de découragement".

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Joël Legendre

22h15 : La Bourse de New York a chuté lourdement pour sa première journée de cotation depuis la dégradation de la note des Etats-Unis par l'agence Standard & Poor's. L'indice Dow Jones a clôturé sur une baisse de 5,42 %, atteignant son plus bas niveau depuis dix mois, sous les 11 000 points. Le Nasdaq a perdu 6,8 %.

20h50 : Les prix du pétrole ont chuté de plus de 6% lundi à New York
, à leurs plus bas niveaux depuis novembre, dans un marché où l'abaissement de la note de la dette des Etats-Unis a plombé un peu plus les prévisions de demande. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre a terminé à 81,31 dollars, soit une chute de 5,57 dollars, ou 6,4%, par rapport à vendredi. Le baril s'est tout juste maintenu à plus de 81 dollars, à son plus bas niveau depuis fin novembre.

20h25 : Le ministre des Finances François Baroin a assuré lundi sur TF1 que "la France sera au rendez-vous" de ses "engagements" financiers, au soir d'une journée noire sur les Bourses mondiales qui ont accusé le choc d'une dégradation de la note de la dette américaine
. "Nous devons réduire nos déficits et ce sont des objectifs intangibles", a déclaré François Baroin, soulignant que "la France sera au rendez-vous de ce qu'elle a fixé comme engagements vis-à-vis de ses partenaires".

20h20 : La Bourse de New York accusait de lourdes pertes lundi en début d'après-midi, le Dow Jones tombant même sous le seuil des 11.000 points
pendant une intervention du président Barack Obama après l'annonce vendredi de l'abaissement de la note de la dette des Etats-Unis. Vers 20h15, le Dow Jones Industrial Average lâchait 3,88% ou 444,49 points, à 11.000,12 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 4,97% ou 125,98 points à 2.406,43 points.

20h15 : Le président Barack Obama a défendu lundi le crédit des Etats-Unis dont la note, jusqu'alors impeccable, a été dégradée vendredi par l'agence Standard & Poor's, soulignant que les problèmes économiques "peuvent être résolus" mais qu'il faut une volonté politique
. M. Obama a annoncé qu'il fera ses propres recommandations "dans les prochaines semaines" pour réduire le déficit et a appelé ses adversaires républicains à accepter des hausses d'impôts pour les Américains les plus riches. Barack Obama a réaffirmé que la réduction des déficits ne pouvait passer par la seule baisse des dépenses publiques.

17h44 : La Bourse de Paris termine sur une lourde chute lundi, perdant 4,68%,
à l'image de l'ensemble des places financières mondiales, laminée par la perte du triple A des Etats-Unis et malgré les interventions des dirigeants politiques et économiques pour apaiser les marchés. Le CAC 40 a lâché 153,37 points à 3.125,19 points, dans un volume d'échanges très fourni de 5,939 milliards d'euros, signant sa onzième séance de baisse consécutive, un nouveau record historique.

17h42 : La Bourse de Madrid termine en baisse de 2,44%

17h35 : A Londres, le Footsie-100 en baisse de 3,39% à la clôture. A Francfort, le Dax chute de 5,02% à 5.923,27 points

16h55 : Les deux Bourses de Moscou en chute à la clôture, le RTS plonge de près de 8%

16h50 : La Bourse de Milan chute de plus de 2,5% dans le sillage de Wall Street

16h35 : A Paris, le Cac 40 chute de 4% comme le Dax à Francfort

16h30 : A Londres, le Footsie-100 chute de plus de 3%.

15h59 : La Bourse de Sao Paulo
, première place financière d'Amérique latine, a chuté de 4,5% à l'ouverture.

15h50 : Athènes chute de 5%

15h30 : Wall Street ouvre en forte baisse : le Dow Jones  perd 1,66% et le Nasdaq -3,35%

15h02 : La Bourse de Paris perd plus de 3% peu avant l'ouverture de Wall Street.

Le point à la mi-journée :
La Bourse de Paris retombait dans ses travers à la mi-séance (-3%), après une tentative de rebond qui a tourné court, les craintes d'une crise mondiale reprenant le dessus. Les marchés attendent l'ouverture de la bourse à New-York, à 15h.

11h29 : La Bourse de Paris replonge et perd plus de 2%, proche des 3.200 points

Le point à 11 heures :
Le mouvement de panique attendu sur les marchés financiers n'a finalement pas eu lieu. Les interventions des dirigeants des finances du G7 et de la Banque centrale européenne semblent avoir rassuré les investisseurs. Après avoir ouvert en baisse, la plupart des places européennes sont repassées dans le vert quelques minutes après les premiers échanges.

Le point à 10 heures :
Malgré la dégradation de la note américaine, les principales Bourses européennes ne se sont pas effondrées à l'ouverture.  En léger repli à l'ouverture, la Bourse de Paris évoluait dans le vert dans les premiers échanges. Idem à Londres et Milan.

Clôture en baisse pour les principales bourses

Crise financière

Lire la suite
International Union européenne Crise économique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants