1 min de lecture Santé

Après le Mediator, d'autres médicaments dangereux ?

Faut-il retirer d'autres médicaments possiblement dangereux ? La revue "Prescrire", qui avait donné l'alerte sur le Médiator, demande, dans son numéro de janvier, le retrait du marché de deux produits, un vasodilatateur et un anti-inflamatoire. Des produits sans intérêt thérapeutique mais qui peuvent avoir de graves effets indésirables selon la revue médicale indépendante. Des procédures sont engagées depuis plusieurs mois pour réévaluer leur bénéfice/risque, explique sur RTL le ministre de la Santé. "Est-ce que ces procédures ne durent pas trop longtemps ?" s'interroge Xavier Bertrand.

Les médecins français prescrivent encore trop d'antibiotiques
Les médecins français prescrivent encore trop d'antibiotiques Crédit : AFP / B. Guay
Frédérique Prabonnaud
Frédérique Prabonnaud

Le revue Prescrire, qui avait donné l'alerte sur le Médiator, demande, dans son numéro de janvier, le retrait du marché de deux produits, un vasodilatateur et un anti-inflammatoire. Des produits sans intérêt thérapeutique mais qui peuvent avoir de graves effets indésirables selon la revue médicale indépendante. Des procédures sont engagées depuis plusieurs mois pour réévaluer leur bénéfice/risque explique sur RTL le ministre de la Santé. "Est-ce que ces procédures ne durent pas trop longtemps?" s'interroge Xavier Bertrand.

C'est le Fonzylane et les autres médicaments dont le principe actif est le Buflomédil... ce sont des vasodilatateurs utilisés en principe dans une indication bien précise chez les patients souffrant de rétrécissement artériel au niveau des jambes. Ce médicament a des effets indésirables neurologiques et cardiaques qui peuvent être mortels dit la revue indépendante, en particulier en cas de doses élevées ou inadaptées. D'ailleurs l'agence du médicament, l'Afssaps, a retiré du marché fin 2006 le dosage le plus fort. La revue demande aux autorités sanitaires un retrait total.

Même demande pour le nimésulide - un anti-inflammatoire vendu notamment sous le nom de marque Nexen. Là, c'est le risque d'atteintes hépatiques graves qui est pointé du doigt, pour un médicament pas plus efficace que d'autres.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand a expliqué sur RTL que des procédures ont déjà été lancées pour réexaminer la balance bénéfice-risque de ces médicaments, tout en posant la question de savoir si ces procédures ne sont pas trop longues.

 Fabienne Bartoli, directrice générale adjointe de l'Afssaps, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé explique qu'une réévaluation du buflomédil est déjà en cours et que le retrait est  envisagé. La numéro deux de l'Afssaps se veut rassurante pour les patients qui prennent ce produit et dont le médecin a vérifié que les doses sont bien adaptées et respectées: le risque potentiel est lié au mauvais usage du médicament, à un mauvais dosage. Des mesures ont été prises pour diminuer ce risque de mauvais usage, avec notemment le retrait du marché fin 2006 du dosage le plus fort. Mais la question se pose aujourd'hui de l'intérêt thérapeutique, de l'efficacité par rapport au risque: "il existe peu d'alternative pour ce médicament, explique Fabienne Bartoli, pour autant son efficacité est-elle suffisante pour supporter ce niveau de risque, y compris le risque lié à un mauvais usage?". Non répond Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue Prescrire qui estime que les procédures de retrait du marché des médicaments sont trop lentes.

Un anticancéreux est aussi critiqué dans ce numéro de janvier de Prescrire: la vinflunine (Javlor, laboratoire Pierre Fabre). Ce cytotoxique est utilisé en deuxième ligne dans certains cancers de la vessie et a, selon Prescrire, un bébénéfice-risque défavorable, avec une efficacité très incertaine pour de nombreux effets secondaires. Un produit "à éviter pourtant payé au prix fort", conclut la revue.

Lire la suite
Santé Vie pratique Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants