1 min de lecture Amnesty international

Amnesty International dénonce le travail des enfants dans les nouvelles technologies

REPLAY - L'organisation reproche aux géants de la high-tech de ne pas être assez regardant sur la provenance des matières premières qu'ils achètent.

Bénédicte Tassart Éco Tassart Bénédicte Tassart
>
eco 2.0 du 19 01 16 Crédit Image : Bénédicte Tassart | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
et La rédaction numérique de RTL

Seize multinationales travaillant sur les  nouvelles technologies ou l'automobile sont incapables de nous dire d'où vient le cobalt nécessaire aux batteries au lithium, celles que vous avez dans votre téléphone portable par exemple, ou dans les voitures électriques.

Mais la moitié de la production mondiale de cobalt arrive de la République démocratique du Congo. Dans ce pays, le minerai est extrait par des enfants parfois âgés de 7 ans et des adultes. L'année dernière, 80 enfants et adolescents sont morts sous terre, dans le sud de la République démocratique du Congo, des dizaines de milliers de jeunes creuseurs travaillent sans matériel de protection. Le cobalt est ensuite vendu à des fabricants de composants de batteries, en Chine et en Corée, puis aux grands groupes internationaux. Apple, Samsung et Sony n'effectuent aucun contrôle dénonce Amnesty.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amnesty international Droit des enfants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants