2 min de lecture Alcatel-Lucent

Alcatel : la prime de départ de Michel Combes divisée par deux

Face à la polémique, le groupe ne va verser "que" 7,9 millions d'euros à son ancien patron, au lieu des 14 millions initialement annoncés.

Michel Combes le 26 mai 2015 à Paris.
Michel Combes le 26 mai 2015 à Paris. Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Michel Combes va devoir renoncer à sa prime de départ de 14 millions d'euros - mais il pourra se consoler avec son "cadeau de bienvenue" chez Altice. Le conseil d'administration d'Alcatel-Lucent a nettement revu à la baisse les primes de son ancien directeur général, annonce le groupe ce vendredi 11 septembre. 

Les primes de 14 millions d'euros auxquelles il pouvait prétendre - plans de rémunération pluriannuelle et clause de non concurrence -, qui faisaient polémique, seront réduites, "avec le plein accord et à la demande de Michel Combes", à 7,9 millions (bruts) au maximum, précise Alcatel-Lucent. Désormais, l'ex-patron du groupe percevra au maximum 4,8 millions d'euros, correspondant à "la rémunération variable pluriannuelle", et ce dans le cas unique de la "réussite de l'opération de rapprochement avec Nokia", détaille l'équipementier en télécoms. Cette rémunération inclut les stock-options prévues dans son contrat, pour un montant maximum ramené à 184.000 euros. Par ailleurs, Michel Combes recevra 3,1 millions d'euros, au titre de la clause de non concurrence. Ce montant a été revu à la baisse, "dans la moyenne de ce qui se pratique en France" et pour une durée portée désormais à 40 mois - au lieu de 36 initialement.

De possibles "irrégularités"

Le groupe franco-américain précise avoir pris en compte les recommandations émises par le Haut comité de gouvernance des entreprises (HCGE) du Medef et de l'Association française des entreprises privées (Afep), ainsi que les observations de l'Autorité des marchés financiers. Le HCGE avait été saisi le 1er septembre par le Medef et l'Afep. 

Michel Combes, qui avait annoncé en avril avoir renoncé à un parachute doré de 2,4 millions d'euros, se retrouve pris dans une polémique concernant sa rémunération chez Alcatel-Lucent. Il devait initialement toucher près de 14 millions d'euros sur trois ans sous forme d'actions, alors qu'il vient de quitter ses fonctions pour prendre la présidence du conseil d'administration de Numericable-SFR. 

À lire aussi
Le Alcatel A5 Led en met plein les yeux avec son dos composé de 35 diodes électroluminescentes Au banc d'essai
VIDÉO - Alcatel A5 LED, un smartphone pour faire le show à moins de 200 euros

L'Autorité des marchés financiers (AMF) avait dit examiner de son côté de possibles "irrégularités" dans ce dossier.  Le ministre de l'Économie Emmanule Macron avait exprimé son "mécontentement" lors d'un entretien avec le nouveau PDG d'Alcatel-Lucent. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alcatel-Lucent SFR Numericable
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants