1 min de lecture Facebook

Combien vaut vraiment Facebook sur les marchés boursiers ?

845 millions d'utilisateurs, un montant théorique de 5 milliards de dollars, une valorisation entre 75 et 100 milliards de dollars... Le site internet Facebook s'apprête à faire des débuts éléphantesques en Bourse dans un marché qui, après avoir été sévère pour de nombreuses nouvelles valeurs depuis un an, semble prêt à l'accueillir les bras ouverts. Mais que vaut vraiment le réseau social de Mark Zuckerberg ?

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Comment ne pas dire 'j'aime' devant l'entrée en Bourse de Facebook? le roi des réseaux sociaux est un rêve d'annonceur", soulignait mercredi l'analyste Kathleen Smith, du cabinet Renaissance Capital spécialisé dans les introductions.

Facebook a déposé mercredi son dossier préliminaire auprès des autorités boursières, sans toutefois indiquer ni l'ampleur de l'opération - se bornant à avancer un montant théorique de 5 milliards de dollars - ni quelle serait la plateforme d'échange, Nasdaq ou le New York Stock Exchange, chargé de gérer les transactions sur le titre "FB".

***Une cote proche de celle de McDonald's

Si les rumeurs d'une valorisation entre 75 et 100 milliards de dollars se confirment, le site créé il y a huit ans dans une chambre d'étudiant sera aussitôt l'un des poids lourds de la cote, l'une des 40 plus grosses valeurs, proche du géant de la restauration rapide McDonald's. Ce serait aussi la plus forte valorisation jamais vue pour une entrée en Bourse aux Etats-Unis, notait Renaissance Capital.

Or vu l'énorme intérêt médiatique déjà suscité par l'opération, et la notoriété exceptionnelle du site aux 845 millions d'utilisateurs, il semble bien que Facebook soit en mesure d'atteindre ou dépasser les attentes des analystes cités dans la presse. "Il est difficile de penser à une entrée en Bourse de l'histoire récente, même en remontant jusqu'à Google (ndlr en 2004) ou peut-être Netscape (1995) ou Yahoo! (1996), qui ait déclenché un tel emballement", note l'analyste Michael Gartenberg, au cabinet Gartner. M. Gartenberg souligne que la valorisation élevée du site est également due aux échanges de titres qui ont déjà eu lieu sur des marchés parallèles comme SecondMarket et SharesPost, où certains employés ou investisseurs des premières années ont déjà pu céder des actions.

Quelle est sa vraie valeur ?

 "Les gens commencent à se demander, est-ce que ces valorisations étaient justifiées ? trop basses ? trop élevées ?" demande M. Gartenberg. Avec le début des échanges publics, "on va le savoir" bientôt.

Depuis un an, la Bourse a souri à certaines des nouvelles valeurs technologiques qui se sont lancées: LinkedIn, le réseau social pour professionnels, affiche une hausse de 61%, à 72,37 dollars sur son cours d'introduction même s'il reste loin du pic de 110 dollars atteint à ses tout débuts en mai.

Le site d'informations immobilières Zillow affiche une hausse de 48%, et même Groupon, qui a déjà connu des hauts et des bas, était en hausse de 7,5%. Quant à l'éditeur de jeux en ligne Zynga, dont les Farmville et autres Mafia Wars ont été conçus avant tout pour Facebook, il était en hausse de 6% sur le cours d'introduction du mois de décembre.

Certains cependant ont plongé, comme la radio en ligne Pandora (-19), ou Demand Media (-62%), un site spécialisé dans les contenus spécifiquement conçus pour être référencés en tête des moteurs de recherche, qui a souffert des mesures prises par Google pour affiner ses résultats. Le réseau social chinois Renren accuse également une baisse de 64% depuis ses débuts à New York en mai, et Yandex, propriétaire du premier moteur de recherches russe, de 17%.

Après ces performances mitigées, le succès de l'opération Facebook pourrait suffire à lancer une nouvelle vague d'introductions en Bourse. "Il y a beaucoup d'autres entreprises qui attendent de voir comment le marché accueille Facebook", et n'attendent que d'être encouragées, assure M. Gartenberg.

***Les 5 valeurs de Zuckerberg

M. Zuckerberg, crack de l'informatique initié dès 11 ans à la programmation, a assuré dans sa lettre aux investisseurs que son but n'était pas de gagner de l'argent. "Nous ne construisons pas des services pour gagner de l'argent, nous gagnons de l'argent pour construire de meilleurs services", y affirme-t-il, proclamant 5 valeurs fondamentales de la société: "se concentrer sur l'impact", "agir vite", "être audacieux", "être ouvert", "construire une valeur sociale".
Facebook, qui sera abrégé en "FB" dans les systèmes de cotation, a confirmé qu'il gagnait la plus grande partie de ses recettes dans la publicité, même si c'est une part en déclin: 85% en 2011, contre 98% en 2009. Le site, utilisé par plus de la moitié des internautes du monde, a cependant réussi à relever de 24% le tarif de ses espaces publicitaires.
Le groupe, qui dispose déjà d'un matelas confortable de 3,9 milliards de dollars de liquidités, n'a pas prévu d'utilisation particulière de la manne qu'il gagnera en Bourse.
Les chiffres du Facebook :
Les chiffres de Facebook

Lire la suite
Facebook Internet Buzz internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7743031634
Combien vaut vraiment Facebook sur les marchés boursiers ?
Combien vaut vraiment Facebook sur les marchés boursiers ?
845 millions d'utilisateurs, un montant théorique de 5 milliards de dollars, une valorisation entre 75 et 100 milliards de dollars... Le site internet Facebook s'apprête à faire des débuts éléphantesques en Bourse dans un marché qui, après avoir été sévère pour de nombreuses nouvelles valeurs depuis un an, semble prêt à l'accueillir les bras ouverts. Mais que vaut vraiment le réseau social de Mark Zuckerberg ?
https://www.rtl.fr/actu/combien-vaut-vraiment-facebook-sur-les-marches-boursiers-7743031634
2012-02-02 18:30:00