1 min de lecture Le Journal économique

Ce qui attend François Hollande sur le plan économique

On va parler des grands rendez-vous de François Hollande parce que, la victoire est à peine consommée, savourée, que, déjà les choses sérieuses s'annoncent. Le nouveau Président va avoir un agenda exceptionnellement chargé dès cette semaine. La chronique de Christian Menanteau.

Christian Menanteau
Christian Menanteau
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

C'est clair ! L'état de grâce n'aura duré que l'espace d'une nuit, en tout cas, pour le président de la république parce que la séquence de mai va être à la fois intense et très rugueuse.

Dès le 11 mai, dans 4 jours. La Commission européenne rendra publiques ses prévisions pour l'économie française. C'est un moment-clé parce que, si les perspectives qui nous attendent rejoignent, par quelque bout que ce soit, celles de l'Italie ou de l'Espagne, le programme de travail de la future majorité devra subir, avant même d'avoir été signé, son premier lifting. Le diagnostic des experts européens influera aussi sur l'analyse des financiers qui nous prêtent - ne l'oublions pas - près de 200 milliards d'euros par an pour nos dépenses courantes.

Et puis, tout de suite après, le 16 mai, sera la journée de tous les dangers. Dans la matinée, il y aura, bien sûr, le premier conseil des ministres avec le nouveau gouvernement mais, quelques heures plus tôt, dès l'ouverture des marchés, la France sera en quête de 12 milliards d'euros d'emprunt à moyen et long terme. Et, là aussi, il va falloir surveiller de très, très près la réaction des marchés. Ce sera notre premier grand test de la journée car il y en aura un second, dans l'après-midi, et sauf bouleversement, François Hollande devrait avoir son premier face-à-face avec Angela Merkel. Il est absolument capital. François Hollande s'est positionné comme le seul capable de faire évoluer la chancelière allemande. Si un constat de désaccord trop violent entre nos deux pays sur le pacte de rigueur et de croissance en Europe était constaté, ce serait dévastateur : à court terme, bien sûr, sur les marché et, à long terme, sur l'ensemble de l'activité économique.

Et puis, pour clore cette séquence à haute tension, François Hollande sera, les 18 et 19 mai - donc, tout de suite après - à Camp David, la résidence de repos du président américain pour un G8 qui, lui aussi, va être assez tendu, notamment autour de la surévaluation de l'euro par rapport au dollar.

Pour boucler le mois, le 31, se tiendra un sommet informel de l'Union Européenne. Dire que la zone euro est proche de l'infarctus est une litote. Les situations grecque et espagnole présagent le pire et nous même saurons, à ce moment-là, comment les marchés nous auscultent.

Certaines des mesures concrètes du projet de François Hollandes seront-elles déjà, pendant cette période, déjà mises en œuvre ?

Il y en a une, au moins, qui est attendue par tous les français et qui ne devrait pas souffrir de délai : c'est le blocage, durant 3 mois, des prix des carburants. Il faudra qu'il le fasse relativement vite, c'est-à-dire, dès le premier conseil des ministres.

Plus accessoire, ce premier conseil des ministres devra réduire les rémunérations du président et des ministres de 30% ainsi que l'éventail des salaires dans les entreprises publiques de 1 à 20.

Et puis, l'agenda du changement devra se concrétiser avant l'été autour de quelques mesures phares pour la rentrée :
- L'augmentation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire versée en août.
- La caution solidaire pour l'accès aux jeunes à la location. Il faudra le faire très vite parce que les locations se préparent avant les vacances.
- Et, probablement, le doublement du plafond du Livret A.

Mais le rythme et l'ampleur des actions destinées à distribuer ce pouvoir d'achat ou à améliorer la vie quotidienne, comme l'a proposé le candidat Hollande, devront tenir compte du rapport sur l'état des finances de la nation. Ce travail de la Cour des Comptes sera disponible durant la dernière semaine de juin.

Le début d'une nouvelle présidence est toujours délicat. Quels sont les risques ?

Deux risques :
- Les marchés financiers, bien sûr.
- Et puis, l'entente avec Angela Merkel.

Blog éco
2012 et vous OK

Lire la suite
Le Journal économique Chroniques Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants