1 min de lecture International

Catastrophe de Fukushima, un an après

11 mars 2011, 14h46, un tremblement de terre de magnitude 9 détruit une partie du Nord-Est du Japon. 16.000 morts, 3.300 disparus. Plus de 300.000 japonais toujours sans abri. Le tsunami avait endommagé 3 des réacteurs de la centrale de Fukushima. Cette catastrophe nucléaire a effrayé le monde entier. Dimanche, les Japonais vont se souvenir du séisme et du tsunami dévastateurs de l'an dernier. François Fillon a salué jeudi matin les vertus humaines et morales des Japonais.

micro générique
La rédaction de RTL et Joël Legendre

Un an après le séisme, le Japon panse ses plaies

Le 11 mars 2011, à 14h46, le nord-est du Japon est frappé par un puissant séisme de magnitude 9. Il est suivi d'un tsunami dévastateur, qui emporte tout sur son passage et provoque la pire crise nucléaire depuis Tchernobyl en 1986.

La triple catastrophe a fait 16.000 morts, 3.300 disparus et laissé derrière elle un paysage de dévastation, des milliers de Japonais sans abri et une contamination de l'air, de l'eau et des aliments.
Vue aérienne de Sendai, ville dévastée par le tsunami

Un an après, malgré quelques progrès observés localement, les opérations de nettoyage de la zone autour de la centrale de Fukushima, exploitée par l'opérateur Tepco, s'éternisent et 326.000 personnes sont toujours privées de toit.

"Le gouvernement central a proposé différents plans mais ils ont été accueillis par une forte opposition de la part des gouvernements locaux et des personnes directement touchées par le tremblement de terre et le tsunami", a dit mercredi le président de la Croix-Rouge japonaise, Tadateru Konoe.

"Sans accord sur un plan général de réabilitation et de reconstruction, il est très difficile d'entamer la phase même de la reconstruction. Le plus important est de hâter ce processus (...) Aussi peut-on dire que nous avons perdu un an car il n'y a pas eu de consensus."

Dans la foulée du séisme, trois des réacteurs de la centrale de Fukushima sont entrés en fusion, déclenchant des explosions en série et diffusant dans l'atmosphère des matières radioactives qui se sont répandues dans l'est du Japon.
Une catastrophe en entraînant une autre, la secousse et le tsunami provoquent un accident nucléaire dans la centrale de Fukushima. D’abord minimisé, il sera classé au niveau maximum de gravité un mois plus tard, au même niveau que Tchernobyl

L'accident nucléaire a contraint le gouvernement nippon à reconsidérer l'utilisation du nucléaire et envisager le développement des énergies renouvelables comme l'énergie solaire.

Tokyo, qui se cherche toujours une politique énergétique viable, a renoncé à un projet prévoyant de porter d'ici 2030 la part du nucléaire à plus de 50%.

Critiqué pour sa gestion du désastre et ses revirements, le Premier ministre, Naoto Kan, a fini par démissionner en septembre.

Retrouvez notre dossier spécial sur la catastrophe japonaise (cliquez sur l'image ci-dessous)

La zone irradiée, le nucléaire japonais.


(avec Reuters)

Lire la suite
International Japon Séisme au Japon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants