1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Sommeil : Michel Cymes prescrit la thérapie comportementale et cognitive
1 min de lecture

Sommeil : Michel Cymes prescrit la thérapie comportementale et cognitive

ÉDITO - Vous avez du mal à tomber dans les bras de Morphée ? Il existe des alternatives aux somnifères.

Sommeil : Michel Cymes prescrit la thérapie comportementale et cognitive
02:26
Michel Cymes & Loïc Farge

Les deux-tiers des personnes qui souffrent d'insomnie prennent des somnifères. Elles s'y habituent très vite, et cela finit par poser problème. Plus on prend de somnifères, moins ils sont efficaces. Il peut aussi y avoir des effets secondaires, à commencer par accoutumance. Il existe pourtant une alternative aux somnifères.

Avez-vous entendu parler des thérapies comportementales et cognitives ? "Comportementales" : on va tenter de changer le comportement du patient. "Cognitives" : on va faire appel à son intelligence. Ces thérapies nous viennent des pays anglo-saxons et sont de plus en plus en vogue dans les centres du sommeil. Elles s'avèrent plus efficaces à moyen et à long terme contre les insomnies chroniques.

Côté comportement, l'idée est, par exemple, de faire prendre conscience à chacun d'entre nous que la chambre c'est d'abord fait pour dormir. Il faut donc en finir avec la lecture trop prolongée dans le lit ou encore la télévision, voire le travail au lit. Admettre ces choses-là, c'est se mettre dans les meilleures dispositions pour s'endormir quand l'heure est venue de le faire.

Plus on prend de somnifères, moins ils sont efficaces

Michel Cymes

On peut aussi s'imposer des rituels : se brosser les dents, préparer ses vêtements pour le lendemain, se mettre en pyjama, avaler une tisane, adapter la température de la chambre. L'important c'est que ces gestes deviennent quotidiens, et surtout se fassent à heure fixe. À force, ces petites routines vous mettent en condition. Votre esprit comprend vite que l'heure de dormir approche.

Sur l'aspect cognitif, l'idée est de savoir prendre du recul sur ses problèmes de sommeil. Bien des personnes se mettent la pression toutes seules, parce qu'elles estiment ne pas dormir assez. On leur dit qu'il faut dormir huit heures, elles ne le font pas et en déduisent qu'elles ont un problème. Peut-être que ces gens-là sont tout simplement de petits dormeurs. Là encore, l'admettre permet de relativiser.

À lire aussi

La théorie comportementale et cognitive doit être encadrée par un spécialiste du sommeil. Le seul problème est qu'il faut souvent être patient pour avoir un rendez-vous. D'ici là, il faudra compter les moutons.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/